Kankan : La campagne électorale perturbe les cours dans la ville

0
519

Au lendemain du décret présidentiel relatif au couplage des prochaines élections législatives et du référendum, la compagne est amorcée dans la circonscription de Kankan. Le parti au pouvoir ouvre la marque. Et comme on a l’habitude de le remarquer lors de toutes ses grandes manifestations politiques, l’administration scolaire a été paralysée. C’est du moins ce qui ressort du constat fait dans les grandes enceintes scolaires de la place, ce mercredi 05 février 2020.

Partant des écoles primaires de Korialén 1, Karamo Dabadou, le Groupe Scolaire 2MS, au lycée 3 Avril, en passant par Morifindjan Diabaté, Almamy Samory Touré, Alpha Yaya Diallo, et Marien N’Gouaby, le constat ne présentait que des salles de classes fermées et des enceintes quasi-vides.

On ne retrouvait sur place, qu’une minorité d’élèves, ayant pu avoir le courage de se soustraire du grand monde. Furieux de ce brusque arrêt des cours dans les écoles de Kankan pour des fins politiques, deux élèves, ayant requis expriment leur colère.

« C’est vraiment un sentiment de désolation qui m’anime en voyant qu’on nous a empêchés d’étudier pour une affaire purement d’ordre politique. Qu’on ne nous dit plus que l’école est une institution apolitique. C’est vraiment dommage que nous les futurs cadres de ce pays soyons utilisés comme des marionnettes politiques. C’est tout pour vous dire combien de fois ça ne m’a pas plu et que je suis déçu », s’est indigné l’un.

Tandis que le second pense que « si nous (élèves, ndlr) sommes venus aujourd’hui, c’est parce qu’on est un jour ouvrable. Nous n’avons rien à avoir avec la politique. Mais très malheureusement pour leurs intérêts personnels, pour des questions de postes administratifs, les autorités ont initié cette perturbation des cours. Cette culture de perturbation qu’ils cautionnent pour les manifestations politiques du parti au pouvoir, ils savent très bien que ce n’est pas une bonne chose pour nous élèves. A leur place, j’éviterai de mettre en danger l’avenir des enfants d’autrui ».

Selon une source d’information proche de la direction préfectorale de l’éducation, c’est à la veille que les autorités éducatives, sous la pression des responsables du RPG ont décidé de fermer les écoles. Mais joint au téléphone, Morlaye Traoré, le DPE  de Kankan, s’est contenté de nous dire que rien ne justifie cet arrêt des cours dans sa zone de juridiction.