Kankan : le préfet sortant Aziz Diop accusé d’immixtion dans un conflit domanial explosif

0
707

Le désormais ex-préfet de Kankan, Aziz Diop qui attend de rejoindre incessamment son nouveau poste à Coyah, est accusé par certains citoyens d’immixtion dans un conflit domanial impliquant plusieurs familles à Dalako, un quartier dans la haute banlieue de la commune urbaine de Kankan. La tension reste vive dans ce dossier que le Tribunal de première instance de Kankan n’a pas encore tranché, a-t-on appris sur place.

Les familles Diakité du quartier Dalako (secteur 1), sont donc en conflit depuis bientôt 3 ans. A l’origine de ce malentendu, le prolongement d’une ruelle de 10 mètres rétrécie au niveau de sa jonction sur la grande circulation, par une partie de la clôture de Ousmane Diakité, au rond-point de Sââ sangbédé (Parc à bétail) de Dalako.

Selon toute vraisemblance, c’est la libération de l’emprise de cette ruelle par une partie de la clôture de Ousmane Diakité qui l’opposerait à un groupe de familles mené par Daouda Diakité alias Daoudaba par ailleurs responsable local du RPG, le parti au pouvoir dans ledit quartier. Déjà, l’affaire est en instruction au niveau du TPI (Tribunal de Première Instance) de Kankan pour son jugement.

Mais dans ce dossier, l’une des parties prenantes accuse les autorités préfectorales, en l’occurrence le préfet sortant Aziz Diop et le Secrétaire général chargé des collectivités, Yaya Condé, d’immixtion et de parti pris.

En tout cas c’est ce que soutient fermement Ousmane Diakité, un des héritiers de la famille Diakité et partie prenante dans cette affaire. Selon lui, le préfet et son secrétaire général rouleraient en faveur de Daouda Diakité alias Daoudaba pour des raisons inavouées.

A l’en croire, Aziz Diop et Yaya Condé, en plus du fait d’instruire la démolition d’une partie de leur clôture qui enjambe la ruelle, auraient fait dessaisir la gendarmerie du dossier pour l’orienter vers le commissariat central de police de Kankan.

Et pire, « Le 07 novembre dernier en présence de Aziz Diop, encore préfet et du commissaire central de la police de Kankan, Daoudaba et son groupe ont démoli une partie de la clôture. En dépit du fait que le dossier soit pendant devant la justice. Face à cet acte, l’autorité est restée indifférente », déplore Ousmane Diakité.

Interrogé par la rédaction locale de Guinéenews à Kankan sur ces accusations, Aziz Diop et le secrétaire général chargé des collectivités Yaya Condé, ont préféré s’abstenir de tout commentaire à propos.

« Je n’ai aucun commentaire à faire par rapport à ce dossier », nous a répondus sèchement Aziz Diop qui avait à ses côtés Yaya Condé.

Quant à Daouda Diakité alias Daoudaba, il dit être au même titre que plusieurs autres familles du secteur 1 du quartier Dalako, victime du rétrécissement de la ruelle par une partie de la clôture d’Ousmane Diakité.

« Et donc, c’est pour libérer l’emprise de la ruelle sur les 10 mètres règlementaires que ce malentendu est né », a indiqué Daoudaba.

Mais avant selon lui, plusieurs pourparlers visant à dissuader Ousmane Diakité à construire sa clôture sur une partie de la ruelle, n’ont pas abouti.

« Vous savez, nous sommes tous héritiers des concessions de nos papas. Eux, ils ont mené leurs vies sans heurts. Et personnellement, c’est ce souci de perpétuer cette entente qui m’a d’abord amené à négocier avec mon jeune frère Ousmane. Mais malgré la mise à contribution des doyens, du chef de quartier, il a tenu à construire sa clôture sur une partie de la ruelle qui réduit la largeur de 10 à 7 mètres. Ce qui du coup, a rendu le passage à ce niveau très restreint et difficile pour les usagers du secteur 1 du quartier Dalako. C’est lui qui a d’ailleurs engagé les plaintes au niveau des autorités en m’accusant d’être à l’origine de cette affaire. Alors que moi je suis victime comme tous les autres du secteur 1. N’eût été ma bonne foi pour protéger cette famille face à la colère des jeunes du secteur, ceux-ci auraient déjà saccagé toute la partie de la concession qui enjambe l’emprise de cette ruelle », a indiqué Daoudaba Diakité.

Faux, rétorque Ousmane Diakité qui accuse à son tour Daoudaba d’avoir agi plutôt aux mépris de la loi et des conclusions des agents techniques de l’habitat de Kankan. Pour M. Ousmane Diakité, ‘’Daoudaba n’est fort que de ses relations avec le préfet sortant Aziz Diop qui instruit la démolition de son mur sans préavis ni convocation.

« Le 22 février dernier, on a été départagé par le directeur régional adjoint de l’habitat M. Douno en présence des agents préfectoraux de l’habitat… Celui-ci a déclaré que la ruelle qui quitte de chez Daouda, ne peut nullement continuer jusqu’au rond-point du parc à bétail. Depuis, Daoudaba s’évertue à mener des démarches auprès du préfet Aziz Diop pour démolir notre clôture. On a reçu aucun préavis ni convocation », a martelé Ousmane Diakité.

Par ailleurs, faut-il souligner que l’ouverture du procès sur ce dossier au niveau du TPI de Kankan était prévue pour ce 15 janvier. Mais elle a été renvoyée à une date ultérieure en raison de l’absence du procureur de la République Aly Touré qui se trouve présentement en mission hors du pays.

Nous y reviendrons !

Un dossier de Amadou Timbo Barry en collaboration avec Cheick Berth pour Guinéenews