Kankan : les acteurs du système éducatif dressent le bilan de l’initiative ‘’ Policier référent’’ dans les écoles de la ville!

0
668

Dans le but de la relance du déploiement des agents de police dans les écoles-pilotes de l’initiative « Policier Référent », une rencontre s’est tenue à la maison de justice de Kankan, ex-CIP (Centre d’Information de Proximité), le jeudi 04 octobre. Une rencontre qui a regroup des acteurs locaux du système éducatif et des agents de police ainsi que des religieux.

Il s’agissait pour la trentaine de participants de passer au peigne fin, les résultats de la campagne de sensibilisation sur le civisme et la connaissance du rôle de la police dans quatre écoles pilotes (lycée-collège Almamy Samory Touré, Morifindjan Diabaté, Marien N’Gouabi et Saint Jean) qui s’est organisée l’année dernière, avec à la clé la planification  de celle de l’année scolaire qui commence.

Au regard des résultats obtenus suite aux 43 séances de sensibilisation par des policiers référents assorties d’une enquête sur 750 jeunes élèves dans les 4 écoles cibles, les acteurs locaux du système éducatif de Kankan se sont mis d’accord sur la relance de cette opération au compte de l’année scolaire 2018-2019.

Selon Facely 2 Mara, Directeur National de l’Education Civique au Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA), qui est en partenariat avec l’Association COGINTA (à l’initiative du projet ‘’Réforme de la Police au Service du Citoyen’’), il s’agirait, à travers cette campagne, d’entamer l’apprentissage de la citoyenneté par les jeunes élèves et surtout de briser les stéréotypes qu’ils ont de la police. Ce qui, à l’arrivée, devrait résorber la délinquance et le cycle de violence dans les concessions scolaires en Guinée.

D’où le grand intérêt de King Diabaté, le représentant de l’Inspecteur Régional de l’Education et de Namory Keita, le Directeur Préfectoral de l’Education (DPE) de Kankan. Selon eux, ces séances de sensibilisation seraient un des palliatifs qui pourraient apaiser le climat de violence et d’insécurité dans les établissements scolaires de leur ressort.

En tout cas, pour Kabinet Sylla, commissaire de police, son expérience en tant que policier référent dans les écoles de Kankan, aurait permis d’amenuiser l’attitude hostile et les mauvaises images qu’ont les jeunes élèves des agents des services de sécurité (police).

Et c’est pourquoi, Facely 2 Mara du département de l’Education Nationale, représentant son ministre, a promis de tout mettre en œuvre pour non seulement la pérennisation de ces séances de sensibilisation mais aussi, son extension à tous les établissements scolaires de la Guinée.

Toutefois, malgré la volonté et l’effort des uns et des autres, les concessions scolaires demeurent de nos jours des lieux de nombreuses pratiques néfastes dont la consommation des stupéfiants. Ce qui amène certains observateurs à considérer ces établissements comme des endroits potentiellement à risque où des violences peuvent éclater à tout moment.