Kankan: Les autorités donnent des détails sur les incidents de l’ENI

0
601

Les cours sont toujours à l’arrêt, ce depuis lundi  à l’école normale des instituteurs (ENI) de Kankan, pour cause de non-paiement des bourses d’entretien des élèves-maîtres, après trois mois d’étude.

La journée du mercredi a été particulièrement marquée par une manifestation de colère des protestataires, qui s’est soldée par l’arrestation d’au moins 7 jeunes pensionnaires de cette école. Aly Kaké, inspecteur régional de l’enseignement professionnel et technique par intérim relate les faits au micro de guineenews:

« Ce mercredi aux environs de 9 heures, à notre grande surprise, ils auraient appris que nous détenons leur argent et que nous refusons de le leur remettre. Ils ont formé deux (2) groupes, pour converger vers notre direction. Il y en a parmi eux qui criaient « allons brûler ! Allons gâter ! Allons saccager ! »

« C’est ainsi que mes collègues qui étaient sur place, en entendant ces bruits, ont décidé de fermer le portail et de prendre la fuite », rappelle notre interlocuteur.

Poursuivant toujours son récit, il ajoute qu’« ils ont commencé à s’attaquer au portail, barricadé la route de part et d’autre avec des blocs de pierres et certains avaient des vieux pneus, qu’ils avaient l’intention de brûler. Ils avaient même commencé à s’en prendre aux usagers».

Par conséquent, « comme le mouvement ne faisait que prendre de l’ampleur, nous avons informé l’autorité préfectorale, tout en la faisant comprendre que le problème nous dépasse. C’est ainsi que les forces de l’ordre sont intervenus à coups de gaz lacrymogène, pour les disperser et il y a eu aussi quelques interpellations. Au moins ils sont au nombre de 7 manifestants tous élèves de l’ENI, qui ont été embarqués. Nous sommes en train de mener les démarches pour leur libération ».