Kankan : une partie du marché Diaka ravagée par un incendie

0
275

Dans la nuit du mercredi 18 à jeudi 19 novembre 2020, deux foyers d’incendie se sont déclarés dans la commune urbaine de Kankan. Le premier cas a été signalé aux environs de 19 heures, dans le quartier Timbo, non loin de la résidence de l’imam Ratib de la grande mosquée de Kankan.

Dans ce sinistre qui a consumé deux maisons et leurs contenus, il n’y a pas eu de perte en vie humaine. Sidiki Condé la principale victime affirme avoir tout perdu dans cet incendie dont il ignore l’origine. Même ses intrants et récoltes stockés dans une case n’ont pas été épargnés.

« Hier j’étais dans ma seconde maison, quand des voisins sont venus m’informer que l’autre maison est en feu… Franchement, je ne sais pas d’où est venu ce feu. Car, il n’y a aucune installation électrique chez moi, in n’y avait non plus de bougie allumée. Malgré que les voisins soient venus m’aider à éteindre le feu, j’ai pratiquement tout perdu, vêtements, meubles, moteurs, une somme d’argent de plus 1 millions de fg et aussi mes produits agricoles, engrais, semences, insecticides etc. tout a été consumé par le feu », s’est-il alarmé.

Par ailleurs, le deuxième cas d’incendie a été signalé dans les bandes de minuit au quartier Kabada 1 dans un important centre de négoce et de restauration du centre-ville appelé « Marché Diaka ».

Contrairement au premier cas, l’origine de cet autre incendie n’est point un mystère. Les flammes sont parties de la cuisine. Un morceau de bois enflammé, oublié dans la cuisine d’un restaurant, s’est propagé jusqu’à atteindre le toit de certaines boutiques.

Là aussi, aucune perte en vie mais à la différence du premier incendie, la présence des soldats du feu était effective sur les lieux. Et Leur intervention a été décisive pour circoncire les dégâts.

Mohamed Kébé propriétaire d’un magasin de riz revient sur les circonstances du drame : « un ami m’a appelé entre 23 heures et zéro heure pour me demander me rendre rapidement au marché qui était déjà en proie à un incendie qui avait touché ma boutique. Je suis venu et j’ai vu beaucoup de personnes sur les lieux, des volontaires et des sapeurs-pompiers qui avaient réussi à éteindre le feu. Les dégâts n’ont pas été très importants. Seulement quelques briques ont été cassées, mais j’ai été heureux quand j’ai constaté que mes sacs n’ont pas été touchés par le feu . »