Kankan : vagues de départ de citoyens vers la Moyenne Guinée

0
547

Au lendemain des violents affrontements qui ont éclaté entre militants du RPG Arc-en-ciel et de l’UFDG à Kankan, notamment à Missira, communément appelé Mobil, un quartier majoritairement peuplé par des partisans de Cellou Dalein, un calme précaire commence à s’y installer, a-t-on constaté.

Des violences qui ont entrainé d’importants dégâts matériels (destructions de biens privés, habitats et boutiques) ainsi que des sévices corporels.

En dépit de ce calme apparent, l’on assiste depuis hier mardi, à une vague de départ des citoyens en direction du Fouta Djallon.

Faute d’abris ou de peur d’une nouvelle violence, elles sont, en effet, plusieurs centaines de personnes, en majorité des femmes, jeunes et enfants, à avoir choisi de quitter désormais la ville de Kankan pour regagner leurs localités d’origine.

 « Mais qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse en pareille situation ? Ma concession et tout son contenu ont été pillés avant d’être incendié ! J’envoie ma famille, mes femmes et enfants à Mamou », a répondu avec un air dépité Elhadj Alpha Saliou.

C’est quasiment le même son de cloche chez Nênê Mariama, une mère de famille qui a été agressée et la concession a subi des pillages avant d’être incendiée. « Nous avons tout perdu ! Les bandits armés appuyés par des hommes en tenue sont rentrés dans la cour en grand nombre. Après avoir pillé le contenu de nos maisons et pris deux motos, ils ont mis le feu à la concession avec les bouteilles d’essence qu’ils détenaient », a-t-elle témoigné, la gorge nouée.

Faut-il rappeler que c’est suite à la visite avortée du leader de l’UFDG à Kankan le dimanche dernier, qu’une vague de violences sur fond de destructions de biens privés et de vols, s’est abattue sur ses militants et sympathisants habitant le quartier Missira-Mobil. Ces violences ont fait une trentaine de blessés dont certains grièvement. Plusieurs concessions, boutiques et kiosques ont été aussi pillés ou incendiés.