Karen Bass, présidente de la sous commission Afrique du Congrès américain à Alpha Condé

0
940
Karen Bass député américain

« J’exhorte le président Alpha Condé à ne pas solliciter un troisième mandat présidentiel…»

La congresswoman Karen Bass, représentante démocrate du district électoral de Los Angeles et qui est aussi présidente de la sous commission parlementaire du parlement américain sur l’Afrique a réitéré sa condamnation à toute tentative de prolonger le mandat du président Condé qui en principe devrait prendre fin en 2020.

Cette déclaration est en ligne avec la position de la France, de l’Union Européenne, de la Cedeao, de l’Union Africaine et de l’OIF qui ont tous refusé de reconnaitre le double scrutin  du 22 mar dernier estimé être « non inclusif » dû au fait du boycott des principaux partis d’Opposition et des violences qui ont entrainé la mort de plusieurs personnes et des destruction de biens.

Le Congrès américain est controlé par les démocrates mais le sénat et la présidence sont aux mains des républicains. Toute la classe politique américaine – y compris le Secretaire d’État Mike Pompéo – a condamné la tentative de changement constitutionel en Guinée.

Voici une traduction libre de la déclaration de Mme Bass sur la poursuite de la violence en Guinée sur la tentative d’un potentiel troisième mandat

LOS ANGELES – Aujourd’hui, la représentante Karen Bass (Démocrate – Californie), Présidente de la sous-commission des affaires étrangères de la Chambre sur l’Afrique, a publié la déclaration suivante concernant la poursuite des violences en Guinée suite à la tentative d’imposer un potentiel troisième mandat présidentiel :

« Je suis déçu qu’un référendum constitutionnel soit passé qui pourrait permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat présidentiel. Je condamne également la violence contre l’opposition politique, les manifestants et les citoyens de Guinée par les forces gouvernementales. Le peuple guinéen s’est exprimé en manifestant et en boycottant continuellement. Des citoyens qui s’opposaient aux réformes constitutionnelles du gouvernement auraient été tués, kidnappés et détenus par le gouvernement.

« Les jeunes se sont organisés, engagés et utilisent leur propre voix pour manifester leur colère face à un éventuel troisième mandat du président Condé. En Guinée, tout le monde a le droit de manifester pacifiquement. Le gouvernement guinéen doit écouter la volonté du peuple et laisser ses citoyens s’expriment librement.

« Une fois de plus, j’exhorte le président Alpha Condé à ne pas solliciter un troisième mandat présidentiel et à permettre au processus politique de se dérouler comme prévu lors des élections plus tard cette année.«