Kassory Fofana : « La criminalité a diminué de 30 à 25 % »

septembre 8, 2018 12:36
0

La lutte contre l’insécurité est l’une des épineuses questions auxquelles le Premier ministre et son gouvernement s’attellent depuis leur entrée en fonction. Mais déjà, a annoncé Ibrahima Kassory Fofana lors de sa sortie jeudi 6 septembre à la télévision nationale, que  la criminalité a diminué de 30 à 25% en seulement trois mois. Crédit photo : page Facebook du premier ministre.

« La criminalité a diminué de 30 à 25 % sur le trimestre. C’est une réalité. Vous remarquerez que la coordination entre les services de sécurité et de défense avec des missions mixtes de contrôle et de surveillance, ce travail a permis dans les grandes villes de cerner le sujet de la sécurité. On est beaucoup plus en sécurité aujourd’hui qu’il ya trois mois. Cela est une évidence. Je ne suis pas en train de dire de dire que tous les problèmes sont réglés. Loin s’en faut. Mais les tendances sont bonnes », a déclaré le locataire de la Primature qui précise par ailleurs qu’il n’est pas en train d’établir un bilan pendant ces 100 jours. Mais, dira-t-il, on se fait une idée des orientations des indications  pour voir si les décisions prises, les actions entreprises vont dans la bonne ou dans la mauvaise direction. Mais sur le sujet de sécurité, je pense que les choses se présentent plutôt bien, a-t-il souligné.

D’après lui, en plus du programme de la formation entamée en faveur de la police, il existe désormais une coordination et une concentration entre les services de la sécurité, la police, la gendarmerie, l’armée.

«Nous avons eu avec le ministre de la Défense et celui de la sécurité, les chefs d’états-majors, les commandants de la gendarmerie, les directeurs des services de police, une série de réunions pour régler le problème de concertation et aborder avec plus d’efficacité la question de sécurité des citoyens. Même à l’intérieur du pays aujourd’hui, quand il y a un crime, la coordination permet de mettre main sur les criminels», a annoncé le PM.

Par contre, Ibrahima Kassory Fofana a reconnu que le problème d’infrastructures est une composante essentielle qui freine la lutte contre l’insécurité.  Parce que, se justifie-t-il, si vous êtes dans une situation où il n’y a pas de route, ni d’électricité, où il y a des embouteillages incessants, cela ne facilite pas la lutte contre la sécurité. Mais, ces questions aussi sont en voie d’être réglées », promet le Chef du gouvernement.

S’exprimant sur le problème de l’insécurité, le Premier ministre a abordé la construction anarchique et hors normes à Conakry particulièrement.

«Quand on parle d’un système administratif qui ne fonctionne pas, l’immeuble en construction qui s’est écroulé à Kaloum en est une illustration. Cela ne date pas de maintenant. Je ne suis pas en train de jeter de l’opprobre sur tel ou tel régime, mais je suis en train de dire qu’on a du chemin à parcourir. Mais comme il n’est jamais trop tard pour bien faire», s’est-il réjoui.

Sur le sujet particulier d’approbation des plans des bâtiments, poursuit le Premier ministre, a indiqué que le ministre de l’Aménagement de la Ville a entrepris des mesures  de contrôle. « A Kaloum, par exemple, il y a 45 chantiers qui ont fait l’objet d’arrêt pour être contrôlés. Parmi eux, une dizaine n’a pas autorisation de continuer. L’ordre des architectes a apporté des commentaires très significatifs  dont le gouvernement va tenir en compte », a affirmé le Premier ministre.