Kassory Fofana : « La dépense publique dans notre pays fait l’objet de beaucoup de tracasseries »

0
342

Dans cette optique que le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana  a présidé à Conakry, ce mercredi 9 octobre 2019, un atelier de validation du nouveau Code des marchés publics, en présence de plusieurs membres du gouvernement.

Le nouveau code des marchés publics, selon Jonas Mukamba Kadiata Diallo, Directeur général de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP), est une importante contribution à la politique de bonne gouvernance du président Alpha Condé. Ce nouveau texte ne constitue pas en lui seul toutes les réformes des finances publiques voulues par le gouvernement. M. Jonas Diallo soutient qu’il faut de la formation des acteurs : « la validation de ce projet de nouveau code des marchés publics n’est qu’une étape de la réforme. Il restera à l’Autorité de régulation des marchés publics, en collaboration avec les départements concernés, de conduire les changements par l’organisation de la documentation, de l’information, de la sensibilisation et de la formation des acteurs de la finance publique sur l’ensemble du territoire national. »

Dans son intervention, le ministre de l’Economie et des Finances, Mamadi Camara, a fait savoir que dans le cadre règlementaire, le nouveau code des marchés publics introduit des concepts notamment les marchés clés en main, els contrats GENIS, les marchés de conception-réalisation, les marchés d’innovation et les accords-cadres. « Il traite particulièrement du régime de la préférence nationale  et de ses conditions d’application. »

Quant au Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, il a d’abord déploré la lenteur dans la passation des marchés, avant d’ajouter que le nouveau code résout cette problématique : « La dépense publique dans notre pays fait l’objet de beaucoup de tracasseries des différentes parties prenantes. Les délais sont longs. Tout cela se traduit en termes de coût à obérer les efforts de développement et en matière de croissance économique. Donc, cette réforme  est importante parce que ça nous permettra, si ça aboutit à optimiser les procédures et les manières de travailler, de réduire considérablement les délais. A terme d’arriver à des économies d’échelles dans la commande publique. Nous avons recherché dans les réformes que vous sont soumises à réduire les délais en simplifiant les procédures, en éliminant certains services publics dans le circuit de la commande publique de manière que cette simplification puisse se traduire en réduction des délais. »

Plus loin, le Premier ministre dit qu’il rêve de voir le délai de paiement des fournisseurs réduit à une semaine : « Je rêve d’une commande publique qui, de l’ordonnateur au paiement de la commande dans le compte bancaire du fournisseur, totaliserait une semaine de délai. Je rêve d’une réforme qui aboutirait à une situation telle que le soumissionnaire n’est pas obligé de passer par tous les stades de l’administration pour se faire entendre ou pour prendre des engagements. Je rêve d’une réforme qui va permettre à la Guinée de réduire la corruption en optimisant les procédures en termes des marchés publiques. »

Lire vidéo: