Kegneko/Mamou: les opposants à un 3e mandat, victimes d’une chasse à l’homme

0
993
Suite à l’appel du FNDC, la tenue du double scrutin, du 22 mars dernier, a été empêchée à Kegneko. Depuis, les élus locaux et les jeunes de l’opposition de cette sous-préfecture sont activement recherchés dans la localité.
Pendant que les scrutins se déroulaient tranquillement le dimanche dernier à l’école primaire de Kegneko, des jeunes venus de Timbo et Dounet, où les scrutins n’ont pas pu se tenir, ont saccagé les bureaux de vote. Un jeune mécanicien avait été tué par balle. Des arrestations dans les rangs des opposants dont le maire de la commune rurale avaient été enregistrées.
Contacté depuis sa cachette, Alpha Mamadou Diallo, le deuxième vice-maire de cette commune rurale nous  confie:  » depuis le dimanche dernier à 13h, nous avons fui Kegneko. Plusieurs autres jeunes de l’UFDG ont fui. Les membres du RPG arc-en-ciel appuyés par des agents de la sécurité continuent à nous traquer dans les familles. Quand ils attrapent l’un d’entre nous, ils le malmènent avant de lui remettre dans les mains des agents de sécurité. Je préfère me rendre dans les mains de la sécurité à Mamou que de tomber dans les mains des RPGistes. Chaque jour, je cherche le réseau pour prendre les nouvelles de ma famille ».
A Mamou, ces derniers temps, les responsables de l’UFDG passent un sale temps. Suite à la perturbation du double scrutin, trois maires des communes rurales ( Poredaka, Boulliwel et Kegneko) sont en prison. Les maires de Gongoret et Soya étaient convoqués à la gendarmerie. Le maire de Timbo est attendu la semaine prochaine, apprend on. Le secrétaire fédéral de l’UFDG de Mamou, Mamadou Madiou Diallo, ne passe plus la nuit chez lui. Les agents de la sécurité font des descentes inopinées chez ses parents au quartier Thiewgol.