Kérouané : la fièvre aphteuse fait des ravages

0
1187

La fièvre aphteuse sévit depuis quelques mois dans les villages de Kanisoulédou, Kassiadou et Taligbalako. Cette maladie a déjà décimé une dizaine de bœufs.

Les éleveurs et les bouviers de la zone sont aujourd’hui inquiets: «je suis inquiet de la propagation de cette maladie. Voilà pourquoi si un bœuf est atteint, on l’abat pour éviter une contamination. On n’a pas d’autres moyens pour traiter les animaux contaminés», dira Amadou Fernand Diallo.

Et pourtant chaque année, le service vétérinaire déploie ses agents dans les secteurs et districts pour vacciner les bovins et caprins. D’où provient cette maladie qui fait des ravages ? Le chef de la section préfectorale du service vétérinaire, Dr Japhar Doré indexe les éleveurs maliens comme responsables de l’introduction de la fièvre aphteuse dans la zone: « Cette maladie a été introduite à partir du Mali avec la présence des zébus. Elle est apparue à Kankan en 1982, Siguiri et Mandiana. Elle apparaît de façon sporadique dans plusieurs zones. A Kérouané en 2015, nous avons enregistré un cas dans la sous-préfecture de Damaro et elle n’a pas fait une extension », précise-t-il

Pour stopper la propagation de la fièvre aphteuse, certaines mesures ont été prises: ‘‘On a recensé les animaux atteints, les a isolés et soumis à un traitement. Un traitement qui consiste à laver la cavité buccale, nasale et des sabots en faisant une forte Antibiothérapie. Et par rapport à la prophylaxie, nous avons sensibilisé la population de surseoir au mouvement des bétails dans les secteurs les plus touchés.

Dr Japhar Doré rassure les éleveurs sur l’efficacité du traitement :  »tous les animaux traités se portent bien. Quand on parle de forte mortalité, en réalité les animaux ne meurent pas de la maladie mais c’est l’effet. Il y a eu deux veaux qui sont morts à Kanisouledou où d’ailleurs on a intervenu pour faire l’enterrement sécurisé. Ces veaux-là sont morts pas par la maladie mais par l’effet de la maladie. Parce que ça crée une ulcération au niveau de la bouche ainsi le veau refuse de téter et meurt de faim ».

Plus loin, le vétérinaire précise que la fièvre aphteuse n’est pas contagieuse pour l’homme même si ses viandes sont soumises à la consommation.  »En réalité, les grands animaux ne meurent pas mais deviennent faibles et incapables de labourer. La maladie n’est pas une zoonose, c’est à dire pas contagieuse à l’homme. Les animaux peuvent se contaminer entre eux par contact mais aussi par pâturage. C’est pourquoi nous avons suspendu le mouvement des bétails pour le moment. Il n’y a pas de vaccin…..On doit se réunir les jours à venir avec l’équipe préfectorale d’alerte et riposte aux épidémies, Cette équipe est composée de docteurs vétérinaires, de médecins, des agents des Eaux et Forêts ».