Kérouané : les opérations de saisie arrêtées à cause des primes

0
829

Les agents opérateurs pour le recensement des électeurs ont boycotté les opérations de saisi emboîtant ainsi  le pas ce mardi 3 décembre aux agents des différentes Commissions administratives d’enregistrement et de révision des listes électorales (CAERLE) de Kérouané qui ont préalablement suspendu leurs activités.

Ils accusent leur coordinateur de trahison en leur donnant 70 000 GNF par semaine. Tandis que les opérateurs des autres préfectures sont payés à 210 000 GNF par semaine.  Dénonçant cette inégalité, ces agents opérateurs souhaitent être traités au même pied d’égalité que les opérateurs d’autres préfectures.

Un agent recenseur sous anonymat explique : « Nous revendiquons pour l’égalité et la transparence dans la gestion du carburant. Tant qu’on ne sera pas traités comme les autres, nous n’allons pas reprendre les opérations et nous n’allons pas céder aux menaces puisque certains de nos camarades nous ont fait savoir que le coordinateur menace de retirer le contrat aux agents qui n’iront pas au travail à partir de ce mercredi 4 décembre. »

Entretemps, il faut mentionner que Banankoro, l’une des grandes agglomérations, n’a jusqu’à présent pas  atteint la moitié du recensement.

Pour le moment, les autorités préfectorales et communales tentent de ramener les agents à la bonne humeur afin que les activités reprennent.

Nous y reviendrons.