Kindia : Deux citoyens trouvent la mort dans un conflit domanial

0
838
Un conflit domanial a tourné au vinaigre ce dimanche 12 avril 2020 à Kindia entre les habitants de Kambalia et ceux de Goléa tous deux, des secteurs, relevant  du district de komoyah  dans la sous-préfecture de Damakania.
Selon les informations recueillies sur le terrain, deux personnes ont trouvé la mort au cours  de l’intervention des forces de l’ordre  qui ont fait usage de gaz lacrymogène. Dans la foulée, 20 personnes y ont été interpellées et conduites à la compagnie de la gendarmerie départementale de Kindia pour des fins d’enquête.
Ce conflit opposait des citoyens de Kambalia à ceux de Goléah autour d’un domaine  situé à Wondélaya qui est à cheval entre ces deux localités dont chacune réclame la paternité. Mais par le passé, à en croire nos sources, le tribunal de Coyah avait  rendu un jugement en
faveur des habitants de Goléah sanctionné par un procès-verbal de restitution des lieux.
C’est ainsi, la semaine dernière, les habitants de Goléah ont voulu entreprendre des travaux de lotissement du domaine. Ceci a suscité l’ire du camp adverse. Armés de gourdins et de machettes, les habitants du village Kambalia ayant été informés du démarrage des travaux sur les lieux se sont aussitôt transportés sur les lieux pour  empêcher tout travailler.
Informées, les forces de l’ordre y ont fait une descente musclée sur les lieux pour rétablir  l’ordre. « Un groupe d’hommes de Kambalia formant une foule compact avec des armes blanches aux mains se sont attaqués autres, blessés deux personnes, violenté et terroriser  toute la contrée comme s’il y a pas d’autorité. Mais pour le moment, nous avons fait des interpellations et on attend les résultats des examens des personnes blessées», affirme  Amadou Diallo, le procureur de Kindia.
Pour rappel, ça fait plus de 20 ans que ce conflit autour de ce domaine de 554 hectares existe entre les citoyens de ces localités. Au cours de l’intervention des forces de l’ordre de l’ordre ce dimanche sur les lieux, deux personnes, une  vieille femme malade âgée de 90 ans et un bébé d’un an 6 mois auraient trouvé la mort sous l’effet des gaz lacrymogènes.
« Quand ils sont venus, ils m’ont trouvé assis avec ma famille. C’est ainsi qu’ils ont commencé à tirer des gaz lacrymogènes dans nos maisons. Ma fille était à l’intérieur de la maison, elle a crié en disant ils sont tué ma grand-mère et je suis venu trouver que ma mère est décédé », explique Fodé Bangoura, fils de la victime.
Cette hypothèse qui incrimine les agents de la gendarmerie départementale ne semble pas passer chez le procureur de la République près le TPI de Kindia. Car selon Amadou Diallo,  » s’il y a eu morts, on ne peut en aucun cas prendre pour responsables les forces de l’ordre, puis qu’aucune expertise médicale n’en fait foi pour l’instant. Donc, il faut attendre le résultat de l’expertise médicale », affirme-t-il.
Les 20 personnes interpellées sont actuellement dans l les locaux de la compagnie gendarmerie départementale de Kindia pour des fins d’enquête.