Kindia : deux médecins condamnés par la justice pour avoir tué une dame après une intervention chirurgicale

0
1243

Quatre ans de prison assortis de sursis et le payement d’une amende de 3 millions 500 mille francs guinéens, chacun. C’est la peine prononcée ce vendredi 18 mai par le Tribunal de Première Instance de Kindia contre  deux jeunes médecins qui se sont rendus coupables d’homicide volontaire, survenu lors d’une intervention chirurgicale au centre de santé de Kassia, dans la commune urbaine de Kindia.

Oumar Kallo et Saran Mamady Kaba, tous deux chefs de centre de santé. L’un au centre de santé de Kassia dans la commune urbaine où l’incident a eu lieu et l’autre à Koléntin, l’une des communes rurales située à 43km de Kindia-centre. Ces deux  jeunes médecins inexpérimentés et nullement spécialisés en la matière, ont imprudemment procédé à une intervention chirurgicale sur une Dame qui souffrait d’une douleur abdominale. Cupidité exaspérée, conséquence immédiate, dit-on. Quelques minutes après l’opération, les paramètres vitaux de la défunte Fatoumata Bangoura ont chuté. Et ce qui devrait arriver, arriva. Elle rend l’âme dans leurs mains.

Ces deux médecins ont mené cette opération au centre de santé de Kassia le 2 mai dernier.  Une structure hospitalière qui n’est nullement dotée d’un bloc opératoire pour ces genres de pathologie comme pour dire, qu’ils ont refusé de la transférer à l’hôpital régional où il y a des spécialistes. Dans la matinée de ce vendredi, ces deux médecins qui font la honte de la corporation qu’est la médecine, ont comparu au Tribunal  de Première Instance de Kindia. Après quelques heures de débats à la barre, ces jeunes médecins poursuivis pour « homicide volontaire », ont été condamnés à 4 ans de prison avec sursis et au payement d’une amende de 3 trois millions 500 mille francs guinéens, chacun.

Rappelons que pour trois cent cinquante francs guinéens, ces médecins ont accepté l’opération avec tout le risque possible, dans un centre de santé inapproprié.  Le même jour, c’est-à-dire le 2 mai, ces médecins ont mené successivement deux interventions dont l’une réussie. Engagés à la Fonction Publique en 2017, ils ont avoué que c’est la 5ème  fois qu’ils procèdent à une telle opération au niveau dudit centre. Sur les cinq patients opérés, 4 ont survécu. Les frais de ces différentes interventions varient, selon eux, entre 350 à 450 mille francs guinéens.

Cette affaire défraie actuellement la chronique à Kindia. Le Directeur Régional de la Santé et le Directeur Préfectoral de la Santé sont pointés du doigt. Les populations de Kindia pensent qu’ils ne contrôlent pas les agents dans les différents centres de santé relevant d’eux.