Kindia : une cinquantaine de journalistes à l’école de la gouvernance minière

0
1281

Une cinquantaine de journalistes venue de Conakry et de la Basse Côte prennent part depuis ce vendredi 25 janvier à une formation sur la gouvernance minière à Kindia, une ville situé à 150 Km de la capitale. C’est une initiative de WAC (Wassolon Agency Communication) appuyée par le ministère des Mines et de la Géologie.

Dans son allocution de bienvenue, Aboubacar Diallo, président de Wassolon Agency Communication a vivement remercié son partenaire, le ministère de Mines et de la Géologie sans lequel, a-t-il insisté, cette rencontre qui a mobilisé une cinquantaine de journaliste serait restée en l’état de vœu pieux.

Selon Aboubacar Diallo, le métier de journaliste consiste à informer les autres.  Pour lui, il n’y a pire ennemi que le faux sentiment qu’on a souvent de tout connaître et ainsi de pouvoir parler de tout.

«Je dis ici cela, parce qu’en Guinée particulièrement, plus  d’un d’entre nous qui avons choisi le métier d’informer, parce que justement prétendant tout connaître, tout savoir, avons pris l’habitude tous les matins à travers les émissions que nous tenons, à travers les articles que nous produisons, de parler de tout, de commenter tout, tels des experts en tout, je dis ici que nous faisons erreur, que nous nous gourons dans de grandes largeurs. C’est faux, nous ne sommes point des experts en tout. Je dis ici haut qu’il y a besoin, que dis-je, qu’il y a urgence pour nous, de nous remettre en question, de bousculer nos vieilles et mauvaises habitudes, mais aussi nos limites. Oui, nous sommes limités, nous devons apprendre, nous devons nous former, nous devons nous cultiver», a-t-il expliqué.

  1. Diallo a indiqué que c’est dans ce contexte que s’inscrit cette formation de trois jours sur la gouvernance minière dans notre pays. «Nous avons estimé qu’il était important, à cause de tout le potentiel qui est celui de notre pays, dans le domaine des mines, mais aussi à cause de toutes les idées reçues sur ce secteur de toutes les convoitises, par conséquent objet de tous les commentaires, pour la plupart non avisés, qu’il était donc important, à la suite d’une précédente formation sur les questions de fiscalité, d’apprendre de ce domaine et sur ce domaine», a-t-il fait savoir.

S’exprimant au nom de son ministre Abdoulaye Magassouba, Aboubacar Kourouma, Directeur  général du BSD (Bureau de Stratégie et de Développement au ministère des Mines et de la Géologie a affirmé qu’il est presque superflu de rappeler que la Guinée, de par la diversité, la variété et la richesse de son potentiel minier, est qualifiée de scandale géologique.

Cependant, a-t-il poursuivi, le secteur minier est ainsi considéré dans le document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP) comme un des secteurs porteurs de croissance et le PNDES (Plan National de Développement Economique et Social) le qualifie de secteur transformateur de l’Economie Nationale. «Toute chose qui justifie l’attente légitime des populations», a-t-il ajouté.

Et de conclure : «c’est pour toutes ces raisons que les autorités du ministère des Mines et de la Géologie ont cru devoir vous (les journalistes) réunir pour vous former et informer sur la « chose minière », car comme disait l’autre, ‘’  pour bien informer, il faut être bien formé ‘’.

Il faut par ailleurs rappeler que durant ces trois jours, les professionnels de média seront outillés entre outres, sur la situation du secteur minier, la nouvelle politique minière et plan de développement du secteur minier, le code minier, contenu local et relations communautaires, la Bourse de sous-traitance et de partenariat (…).

Depuis Kindia, envoyé spécial Sékou Sanoh pour Guinéenews