Kiridi sur l’enregistrement sonore : « c’est un montage délictueux. La cible est bien choisie mais le tir a raté »

0
1194

Invité de l’émission « Sans Concession» de Guineenews ce vendredi 28 août, le ministre d’Etat Secrétaire général à la Présidence de la République, Naby Youssouf Kiridi Bangoura a apporté quelques précisions sur un enregistrement sonore devenue virale sur la toile. Dans ledit enregistrement une voix qu’on prête à Kiridi déclare ceci : « grâce à Sékouba Konaté, Alpha Condé est arrivé au pouvoir ». Lire également : Transition 2010 : des révélations troublantes sur le parti pris du général  Konaté en faveur du candidat Alpha Condé

Interpellé sur cet élément audio, le Secrétaire général de la Présidence réplique en parlant d’un ‘’montage délictueux’’. Puis d’ajouter ironiquement : ‘’la cible est bien choisie mais, le tir a raté… ‘’. Lisez un extrait en lien avec cette partie portant sur cet enregistrement :

«C’était en novembre 2018, en marge du forum international de la paix auquel le président Alpha Condé a été convié, j’étais de la délégation. A la fin de la mission, le président m’a chargé d’accompagner l’Ambassadeur de Guinée en France pour rendre une visite de courtoisie et son soutien moral à son fils qui est le président de la transition général Sékouba Konaté. L’entretien a duré plus de 3 heures 40 minutes. Une des personnes que Sékouba Konaté et moi ne souhaitons pas et qui a fini par être accepté par la courtoisie de l’oncle de Sékouba Konaté a dû enregistrer la conversion de 3 heures 40 minutes. Il a essayé de trouver les éléments soi-disant compromettants. Si vous écoutez bien les six minutes de conversation qui ont été publiées, vous trouverez un copier-coller dans tous les sens du terme.

Il y a deux questions qui se posent. Premièrement, j’ai dit au général Sékouba Konaté que parce qu’il n’y avait une passion de garder le pouvoir nous a permis d’arriver au pouvoir parce que malgré sa volonté de céder le pouvoir, il y avait assez de personnes à ses côtés qui voulaient garder le pouvoir et on ne sera jamais où nous sommes aujourd’hui.

Deuxièmement, je lui ai dit que quand on a relevé les 24 points de dysfonctionnement lors du second tour de l’élection, s’il avait la volonté de bloquer le processus électoral, il aurait dû s’opposer à ces améliorations. Les 24 points de dysfonctionnement ont été validés par notre adversaire l’UFDG qui a même en a ajouté trois autres points. Les 27 points ont été validés par le gouvernement guinéen à l’époque, la communauté internationale, la CEDEAO, l’Union Européenne, les Nations Unies et la Francophonie.

J’ai également dit à Sékouba Konaté que je ne voulais aucune aide de sa part pour mon candidat et que je voudrais que les résultats qui viennent des 38 circonscriptions électorales soient publiées comme telles.  Ces actions menées sont celles d’un directeur adjoint de campagne que je suis et c’était pour prévenir que mon candidat ne soit pas triché. Cette élection a été suivie par toute la communauté internationale… », a-t-il expliqué.

Lire vidéo :