Kissidougou: Crise de pain suite à un débrayage des boulangers depuis mardi

0
857

Ce mardi 18 février, très tôt le matin, il y avait une crise de pains dans la commune urbaine de Kissidougou suite à un désaccord entre les autorités locales et la corporation des boulangers.

Les boulangers ont augmenté le prix d’une mèche de pain qui coûtait 2000 FG à 2500 FG, soit une augmentation de 500FG. C’est ce qui est jugé exorbitant par les autorités locales et la plupart des consommateurs, interrogés à cet effet.

Après une réunion à la mairie entre le maire et les 24 chefs de quartiers de la commune urbaine suite à cette crise, Elhadj Adama Baldé, chef de quartier de Missira précise: « c’est le maire qui nous a convoqué pour une  réunion. Le maire nous a dit qu’il avait appelé les boulangers après l’augmentation du prix du pain. Il avait dit aux boulangers de revendre à 2000 FG, la mèche de pain. Ça trouvait qu’il a acheté deux pains à Faranah, un pain de 2000 FG et un pain de 3000 FG; il leur a montrés les deux pains. Celui qui est à 2000 FG à Faranah dépasse en « poids » celui de 2500 FG à Kissidougou. Tout ça là c’était pour les faire comprendre. Quand on regarde à Yendé,  une sous-préfecture de Kissidougou, là-bas un pain est vendu à 2000FG et ça trouve que c’est ici que les boulangers de Yendé viennent acheter la farine. Il a prié les boulangers ce jour pour qu’ils reviennent à l’ancien prix de 2000 FG en faveur de la population. Il les a beaucoup sensibilisés directement les boulangers sont sortis pour lui dire qu’ils vont revenir après. Au retour des boulangers, ils ont dit au maire qu’ils maintiennent le prix de 2500FG », a-t-il confié à notre reporter.

Il poursuit en disant : « directement le maire a dit que ça ne sera pas possible et c’est suite à ça qu’il a appelé tous les chefs des quartiers aujourd’hui. Nous sommes tous d’accord de la diminution du prix de pain parce que les boulangers n’ont pas raison. Ils augmentent les prix par fantaisie. Certains citoyens leur mangé, c’est le pain. Vraiment ce qu’ils font c’est du sabotage et le manque d’humanisme envers les citoyens », a-t-il déploré.

Quant au représentant de la chambre de commerce, Elhadj Siré Madi Kallo, celui-ci affirme  avoir  ‘’demandé aux vendeurs de farine, et que ceux-ci ont dit qu’ils ont ajouté 10000 FG sur chaque sac de farine par rapport à  l’ancien prix. Directement, on a demandé aux vendeurs de ne pas faire une autre augmentation du prix du sac et nous prions les boulangers de maintenir l’ancien prix, afin que les populations n’arrivent pas à souffrir », a-t-il souligné.

Pour le président des boulangers de Kissidougou, Mamadou Bailo Kanté, c’est le prix de la farine qui a augmenté. « Vous savez le boulanger c’est l’esclave de la population, nous on n’ose pas grever. On ne peut pas rester sans travailler. Notre intérêt se trouve dans le travail. Mais si on voit que quand on prend en dettes les farines et on n’arrive pas à s’en sortir, on ne va pas travailler », a-il-clamé.

Il ajoute en parlant des prix: « avant le sac de farine était vendu à 240000FG et présentement le sac est vendu à 285000FG. Le sac est vendu à 285000FG et tu l’envoies au four; tu payes le charretier à 2000FG. Tu achètes les bois à 25000FG. Celui qui mélange le sac, il doit être payé à 30000FG. Celui qui fait les pains, il doit être payé 30000FG aussi. Au total, nous avons 372000FG comme dépense par sac et tu fais les pains. Chaque sac, on fait 200 pains et le pain est vendu à 1800 FG au four. Pour les 200 pains, on  aura 360000FG. Faites la différence, vous allez trouver 12000FG qui devient une perte », se défend-il.

Après les rencontres avec les acteurs, notre reporter a pu rencontrer un vendeur pour lui demander le prix d’un sac de farine en ce moment. Il a dit que le sac est vendu entre 265000FG à 270000FG. Ce  qui est contraire de ce qui est annoncé par le président des boulangers.