Kissidougou : le patriarche Kissi Kaba Keïta a réjoint sa dernière demeure ce vendredi

0
3021

Décédé, le 26 décembre 2018 à l’hôpital sino-guinéen, Elhadj Kissi Kaba Keïta a été inhumé ce vendredi après la prière de 14h au cimetière de Sogbé3 devant une foule compacte. Pour cette circonstance, le Chef de l’Etat, Alpha Condé, a dépêché une forte délégation gouvernementale conduite par son ministre d’État, ministre Conseiller à la présidence, Elhadj Tidiane Traoré, accompagné du premier président de la Cour des Comptes, Mohamed Diaré, de certains députés et cadres natifs de Kissidougou.

Après l’enterrement, certains citoyens ont témoigné sur cette tragique disparition  de ce patriarche. A cet effet, le président des ressortissants de la Basse Côte, Dr Facinet Camara,  a déclaré que cette disparition est « est une grande perte pour la ville de Kissidougou. Parce que ce patriarche, il a réuni tout le monde. Il a tendu la main à tout le monde. Il a montré à chacun, à tous ceux qui sont à Kissidougou que tu es chez toi .Il n’a pas fait des différences entre les gens ».

Aboubacar Barry  dit Dabola, ressortissant de la Moyenne Guinée se rappelle : « je suis venu à Diamoria (secteur du patriarche) ici, il y a 45 ans. Vraiment, c’est le respect qui était entre nous. Il était un baobab pour cette ville ».

Par ailleurs, le premier fils et porte-parole de la famille, Alain Diamori Keita, dira que « on regrette amèrement la perte de notre Papa mais on ne peut rien contre la volonté de Dieu. Notre Papa était l’espoir de Kissidougou. Tout le monde avait confiance en lui. Il était très simple et très sympathique envers les gens ».

De son côté, le maire de la commune urbaine, Yomba Sanoh   en larmes, témoigne : « on retient de ce doyen un homme de paix. Un homme qui s’est battu pour la réconciliation, pour l’union des fils et filles de Kissidougou. Donc, nous avons perdu un digne fils de Kissidougou ».

Enfin, Mohamed Diaré dira que « on vient de perdre notre patriarche Elhadj Kissi Kaba Keita. Je pense que c’est une lourde  perte pour nous, ressortissants de Kissidougou, pour la préfecture de Kissidougou. C’est une perte pour l’ensemble du peuple de Guinée parce que le feu Kissi Kaba œuvrait au resserrement de l’unité nationale, au resserrement entre les ethnies, toutes confondues. Il œuvrait aussi pour le développement socio-économique de Kissidougou ».