Kissidougou : Les enseignants optent pour le boycott de la grève lancée par le SLECG

0
949

Le mot d’ordre de grève lancé par le SLECG n’a pas été observé dans les écoles de la commune urbaine de Kissidougou.

Notre reporter a sillonné dans beaucoup des écoles élémentaires et secondaires, en commençant par le lycée Ibrahima Bah, l’école élémentaire  » Amitié », le collège Sogbèla, le collège Youssouf Diaré, le collège Ernesto, le lycée- collège Amitié, le collège Souré Mara, mais le constat est le même. Les élèves et les professeurs étaient présents dans les salles de classe.

Parlant de la grève du Slecg, Salimatou Thiam, élève en Terminal Sciences Mathématiques, lance un appel : « vraiment, les enseignants doivent penser à nous les élèves parce que nous représentons leurs fils, leurs frères et sœurs. Vraiment, je leur demande de continuer à dispenser les cours. Avec la grève, on a trop des soucis pour notre réussite au bac cette année. Heureusement aujourd’hui, on a étudié jusqu’à midi ».

Un enseignant trouvé en situation de classe a affirmé que : « nous voulons vraiment une amélioration de nos conditions de vie mais il faut penser à l’avenir de nos enfants parce qu’avant tout, je suis un parent d’élèves et j’ai mes enfants à l’école. Ensuite, le Président de la république a parlé d’une augmentation de salaires lors de son discours pour le nouvel an. On devrait se patienter ».

Parlant du bilan de la journée, le chargé de la section pédagogique à la DPE, Ibrahima Diakité, précise : « Mon constat est un constat de satisfaction parce que vu le nombre d’établissements et d’écoles ayant fonctionné, nous pouvons nous dire au premier jour de cette grève, qu’elle n’a pas été suivie telle que les organisateurs l’ont pensé. Parce que à l’élémentaire, nous sommes le jeudi où ça n’étudie pas normalement mais dans les classes à double vacation, ils sont venus. Sur les 23 écoles publiques de la commune urbaine, vingt ont travaillé.

Et pour ce qui est des écoles secondaires, on a enregistré quelques perturbations par rapport à des individus mal intentionnés qui ont jeté des cailloux. Mais on a vite trouvé des solutions et les cours ont continué normalement à Soundiata, au collège Kankankoura et au lycée Pr. Alpha Condé. Je demande aux parents et aux élèves comme ils ont constaté que ça étudie aujourd’hui, de venir dès demain à l’école. Parce qu’on a un défi énorme à relever cette année. Vu les résultats de l’année dernière il y a de quoi à ne pas chômer un seul jour de cours cette année ».