Kissidougou: un quadragénaire périt par suffocation dans un puits!

mai 3, 2018 11:32
0

Le corps d’un puisatier de la quarantaine a été retrouvé sans vie le 30 avril dans un puits qu’il devrait curer dans l’enceinte du collège Emmaüs, dans la commune urbaine de Kissidougou.

Descendu dans le puits à 11 heures pour le curage, c’est à 16 heures que le corps de Yiramba Kourouma a pu être remonté à la surface du sol par un autre puisatier qui a dû, pour éviter de suffoquer comme le premier, boucher ses narines avec des feuilles fraiches de patate.

Après avoir réussi à repêcher le corps sans vie de son collègue, Mohamed Douya Condé a prodigué quelques conseils à tous ceux exercent leur profession: « le travail des puits, n’est pas chose facile. Si tu ne t’y connais pas, il faut demander à ceux qui connaissent. L’on ne doit pas être trop porté par l’argent au point de prendre des risques inutiles pour sa vie.  On ne descend pas dans des puits comme celui-ci pendant la journée. On attend la nuit pour travailler et la fraicheur aidant, on ne s’expose à aucun risque majeur. »

Quant à Dr Doukouré, le médecin légiste de l’hôpital préfectoral, il a déclaré après l’autopsie du corps qu’il n’y a trouvé aucune lésion traumatique…

Interrogé sur les causes possibles de ce drame, un biologiste a expliqué qu’il pourrait être dû à un manque d’oxygène dans le puits. Parce que souvent, dit-il, quand vous descendez dans un puits qui est riche en monoxyde de carbone (CO2), il est facile d’avoir des malaises respiratoires ou des suffocations, les poumons  étant enrichis de gaz carbonique. Et si l’intéressé n’est pas rapidement secouru, il peut trouver la mort, a-t-il indiqué.