Korbé : les autorités confrontées à un manque crucial de sources de revenus

0
908

Située à douze kilomètres de la commune urbaine, la commune rurale de Korbé est l’une des plus petites sous-préfectures de Lélouma. Elle compte environ 7 mille âmes réparties dans quatre districts.

La commune rurale est confrontée à un manque de sources de recettes. Le marché n’existe que par le nom. Il est presque inoccupé. Il n’y a ni gare routière où autres endroits pouvant générer de revenus. Pour pallier ce manque de sources de revenus, les communautés ont pris les devants et ont toujours mis en exécution des projets pour sortir la localité de la pauvreté.

« A Korbé ici, la mairie n’a pas de sources de recettes locales. Le petit marché que nous avons est tout le temps vide. Il n’y a pas de gare routière pouvant générer une recette à la commune. Concernant les autres taxes, nous n’arrivons pas à les couvrir. On compte sur les subventions et l’apport de nos ressortissants pour pouvoir parler de développement. Les bureaux de la mairie, de la résidence du sous-préfet datent de la période coloniale. Ces bâtiments sont vraiment délabrés », regrette Souleymane Diallo, le maire de ladite commune.

Poursuivant, il dira que « nos ressortissants nous ont beaucoup aidé à travers leur initiative. D’ailleurs, je profite de l’occasion pour les féliciter et les encourager dans ce sens pour que Korbé puisse aller de l’avant ».

Sur la même lancée, Idrissa Bah, le sous-préfet de Korbé renchérit : « sincèrement, la commune ne dispose pas de sources de revenus ici. C’est un grand problème auquel la localité est confrontée. Et pour remédier à ça, il faudrait qu’on cherche tout d’abord à viabiliser et à faire fonctionner le marché. On a fait beaucoup de sensibilisation autour de ça mais les gens préfèrent se rendre à Diountou ou à la commune urbaine située de part et d’autres à 12 kilomètres pour marchander ».

Face à cette situation, les communautés notamment établies hors de nos frontières ont toujours mis les bouchées doubles pour le bien-être et le développement de leur localité.

De l’adduction d’eau en passant par la clôture grillagée du grand village du centre de près de 7 kilomètres carrés, la bibliothèque, le logement des enseignants sans oublier le centre d’accueil sont les fruits de la bonne collaboration des filles et fils de Korbé.

« A Korbé, les ressortissants se sont vraiment investis dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie. Quand je prends, par exemple, l’adduction d’eau que nous avons, c’est grâce à leurs efforts. La clôture en grillage de tout le village du centre d’une longueur d’environ sept kilomètres, c’est également leur fruit. La salle de réception et le logement pour les enseignants sont également construits par les communautés. En 2015, ils ont mis à la disposition de la localité une bibliothèque d’environ six mille livres pour appuyer les élèves », a rappelé le maire.

Idrissa Bah ne manque pas d’éloges à ces associations de ressortissants pour les efforts : « Nous avons beaucoup d’associations de ressortissants qui nous offrent leurs appuis. Par exemple l’année, pour rallier le district de Bourouwal Korbé au centre de la commune, et pour éviter le contour, une association a construit une passerelle d’environ 35 mètres sur la rivière qui sépare les deux villages. Et aujourd’hui, même les motards y passent sans difficultés. Actuellement, des ressortissants basés en France, nous ont promis, une adduction d’eau pour renforcer l’ancienne et ainsi pallier au manque d’eau dans certains endroits. Un forage est en vue pour ça. Toutes les études ont été faites et le projet coûterait 130 000 euros, a-t-on appris ».  Ajoutant au passage que les ressortissants avaient aussi déboursé près de 8 millions GNF pour l’entretien de la route.

A tout cela, il faut ajouter que dans le cadre de l’appui aux communes à travers l’Agence nationale de financement des collectivités (ANAFIC), Korbé a bénéficié de la construction d’un siège pour sa mairie et d’un poste de santé à Kenté.

Pour ce qui est des perspectives de la mairie, Souleymane Diallo, compte toujours sur l’appui de ses pairs pour viabiliser le marché local, l’achèvement du bâtiment devant abriter le logement du sous-préfet ainsi que le lotissement du centre de la commune rurale.