Kory Kondiano au Premier ministre : « Vous devez respecter vos engagements »

juillet 5, 2018 8:16
0

S’adressant ce jeudi 5 juillet au Premier ministre en marge de la clôture de la session des lois, le président de l’Assemblée Nationale a invité le chef celui-ci à respecter ses engagements.

«Dans votre déclaration de Politique Générale faite devant la Représentation Nationale le 27 juin 2018, vous vous êtes fermement engagé à mettre fin à l’impunité, à lutter contre la criminalité, à rétablir l’autorité de l’Etat, à appliquer la loi dans toute sa rigueur pour tous les manquements (…) Vous devez tout faire pour respecter vos engagements » lance le président de l’Assemblée à l’endroit du PM

Pour le président du parlement, c’est le respect de ces engagements qui permettra au pays, de relever des défis auxquels il est présentement confronté.

Parmi ces défis, cite Claude Kory, « il y avait les conséquences néfastes des pertes énormes liées au non-ajustement de la hausse du prix du carburant à la pompe en dépit de la hausse permanente du prix du brut sur le marché mondial.»

Mais, ajoute ajoute Claude Kory, « l’augmentation du prix du carburant à la pompe qui vient d’entrer en vigueur ne permettra pas à l’Etat de résoudre le problème d’insuffisance de ressources dans la mesure où cela se traduit pour lui par une situation  de point  mort. C’est-à-dire de point d’équilibre où il n’y a pour le Trésor, ni surplus d’entrées, ni perte de recettes fiscales.»

C’est donc dire que le problème n’a toujours pas trouvé de solution adéquate, dira le président de l’Assemblée. C’est pourquoi, il a souhaité que la récente décision des pays producteurs membres de l’OPEP, d’augmenter leur production, soit effective.

Cependant, poursuit Claude Kory, si cette augmentation des pays producteurs est significative au point de faire baisser le prix du baril sur le marché mondial, il faudra que l’Etat fasse baisser le prix du litre des produits à la pompe pour prouver à la population et aux acteurs sociaux que le Gouvernement est bien ouvert à l’idée d’une répartition équitable du revenu national comme le souhaite la population guinéenne à tous les niveaux.

C’est donc dire qu’il faut que l’Etat intègre, indique-t-il, la pratique du mécanisme de flexibilité des prix à la pompe que souhaite le peuple.