Kouramangui-Labé : la prière de vendredi perturbée après la profanation de la tombe d’un sage

0
369
Tombe, Profanée

Dans le cadre de l’agrandissement de la mosquée de Ley-Thiandhi, un secteur relevant de la sous-préfecture de Kouramangui, à environ 30 kilomètres de la préfecture de Labé, les initiateurs dudit projet ont décidé de faire déplacer la tombe d’un sage du village qui serait d’ailleurs le donateur du site de cette mosquée. (photo d’archives)

Face au refus de la famille de ce dernier, les porteurs du projet d’extension de la mosquée ont, dans la soirée du jeudi 17 octobre, profané la tombe du sage, a appris Guinéenews de sources concordantes.

Choqué par cet acte, les enfants de Thierno Mamadou Saidou Diallo, ( celui dont la tombe a été profanée ) n’ont de solution que d’empêcher la tenue de la grande prière de vendredi pour exprimer leur colère. Voilà la goutte d’eau qui a débordé la coupe. Car, c’est une bagarre générale qui s’est ensuivie dans tout le secteur.

 « Toute cette terre nous appartient. On a mis la tombe hors de la mosquée.  Maintenant qu’il est question d’agrandir la mosquée, on a donné notre avale en précisant que la tombe ne sera pas déplacée. Et comme cela ne leur suffisait point, ils ont décidé de déterrer la dépouille de notre papa. Pire, ils sont en train de nous battre », a expliqué Aïssatou Sadya Diallo, fille aînée du déterré au micro de nos confrères de la radio espace Foutah.

Tout en renchérissant, un autre enfant du défunt, Thierno Ablaye Diallo, précise : « la terre sur laquelle la mosquée est construite, appartient à notre père. A sa mort, on l’a enterré à côté dans le caveau familial. Maintenant, lorsqu’il y a eu besoin d’agrandir la mosquée, ils sont venus me supplier afin d’avoir plus d’espace et que cela n’allait pas atteindre la tombe de notre père. Ils ont proposé à ce que la tombe soit désormais dans l’enceinte de la mosquée, j’ai dit que la tombe ne peut être dans l’enceinte de la mosquée. Maintenant dans la soirée du jeudi, le chef secteur est venu me dire qu’ils ont profané la tombé, de venir voir. Arrivée sur les lieux, je me suis rendu à la triste évidence. »

Quant à Thierno Sadou Diallo, le chef de secteur, il est revenu sur les circonstances ayant conduit à la perturbation de la prière du vendredi dernier dans sa localité.

« On a eu tous les problèmes du monde pour effectuer la prière de ce vendredi. Le fils du déterré est venu dire qu’il n’y aura pas d’appel à la prière tant qu’on ne lui montre pas celui qui a profané la tombe de son père. Devant son intransigeance, les imam et responsables se sont impliqués sans parvenir à le convaincre. Entretemps, les femmes de la contrée se sont mises à se battre. Voilà ce qui s’est passé ici aujourd’hui », nous confiés le chef de secteur.

En plus de cette profanation, un problème de secte islamique qui a donné naissance à une seconde mosquée, serait aussi à la base de ce différend. C’est du moins ce qu’affirme le chef de secteur : « toutes ces années, on prie ici sans problème. C’est récemment que des jeunes ont arrêté de s’acquitter de leur devoir religieux dans cette mosquée… En plus, un grand arbre a poussé sur la tombe. Un jour, on est venu trouver que cet arbre a été abattu. »

Par ailleurs, faut-il souligner que la traque contre les présumés profanateurs serait lancée à Ley Thiandhy alors que la situation reste encore vive entre les habitants.