Kouroussa : des échauffourées font plusieurs blessés, les maisons du maire et du préfet saccagées

0
251

La manifestation des orpailleurs revendiquant un site d’exploration concédé à la société Kouroussa Mining ce samedi 17 avril 2021 a dégénéré. Le bilan fait plusieurs blessés et de destruction de biens publics.

Après les barricades, les brûlures de pneus et les jets de pierre, les manifestants en colère se sont dirigés au domicile du maire et e celui du préfet. Ils y ont tout saccagé, a-t-on appris.

Joint au téléphone, le préfet Souleymane Keita témoigne : “Les manifestants sont venus en grand nombre. Ils se sont attaqués aux agents des forces de sécurité, postés devant la résidence. Ces derniers se sentant menacés ont pris la fuite. Les assaillants sont rentrés. Ils ont foutu le chaos. A l’heure où nous sommes, le domicile du maire ainsi que la résidence du préfet, ont été complètement saccagés, nous confia-t-il.

Alors que des rumeurs sur la toile disaient qu’il a fui de la localité, le préfet Souleymane Keita, nous assure qu’il est bel et bien présent sur place. « En ce moment, je suis dans la cour de la résidence, pour voir l’étendue des dégâts », a-t-il ajouté.

Selon un confrère basé dans la localité, des femmes orpailleuses qui se sont ajoutées aux hommes, ont fermé le marché central de la ville et continuent de régner en maîtres absolus. « Dans les rues de la ville, on voit qu’eux, même les forces de l’ordre ont fini par déserter », a-t-il témoigné.

Malgré cette pression des manifestants, le préfet se veut ferme sur la question litigieuse du site aurifère à l’origine de toute cette situation. : « Jusqu’à preuve du contraire, le permis d’une société est consacré. Alors jusqu’à ce que l’Etat renonce, tant que nous on a la charge de garder cela, on le gardera jusqu’à nouvel ordre », a-t-il précisé.

Donc, dira-t-il, « j‘invite les gens à la retenue et à la patience. La ville appartient à tout le monde. Le préfet est le représentant du chef de l’Etat et de tous les départements. L’Etat ne peut me confier la garde de quelque chose et que moi je le livre à tierce personne ».

Pour le moment,  apprend-on, il y a aucune perte en vie humaine, aucune arrestation mais on déplore plusieurs cas de blessés graves admis aux urgences.