Kouroussa : le gel des salaires crée une fissure au sein de la section locale du SLECG

novembre 2, 2018 8:30
0

Ce vendredi 2 novembre, les autorités préfectorales  ont convoqué une assemblée générale de tous les enseignants de la commune urbaine et les chefs d’établissements. Cette réunion portait sur la reprise des cours.

En présence des deux secrétaires généraux, des cadres de l’éducation, des représentants de la Ligue Islamique, le directeur préfectoral de l’éducation a fait plus de 20 minutes  sur la situation scolaire et éducative de la commune urbaine et le gel des salaires des enseignants était au centre des débats. Prenant la parole le représentant du préfet s’est adressé aux enseignants en leur demandant de reprendre le chemin des classes :

« la grève est un  droit. Chacun a le droit de réclamer. Au nom du Préfet de Kouroussa, c’est une doléance qu’on vous demande. On vous supplie pour reprendre les cours. Au delà de la grève, les salaires sont gelés … Nous devrions vivre en symbolise, en synergie voire dans la même direction. La case brûle.  il faut qu’on trouve de l’eau pour éteindre le feu.  Mais quand le lit du fleuve prend feu, c’est l’esprit qui pourrait l’éteindre. Il faut qu’on y prenne garde. Il faut que fassions des propositions pour trouver une solution idoine… », a-t-il plaidé.

 Face au gel des salaires, les avis restent partagés parmi les enseignants. Il y a une partie qui s’est opposée à l’idée d’une reprise des cours tant que les salaires ne sont pas payés. Quant à l’autre partie, elle est favorable et n’y pose aucune condition. Et devant cette dichotomie, un représentant du SLECG, séance tenante, a promis aux autorités préfectorales, la reprise des cours dès le lundi prochain. Cette promesse n’était pas du goût de certains enseignants qui comptent continuer la grève.