La Banque ouest africaine de développement fête ses 45 ans : l’expertise de Komara sollicitée

0
459

Les pays de l’Afrique de l’Ouest qui ont en partage le franc cfa ont créé il y a 45 ans une banque de développement appelée BOAD.

Pour célébrer l’événement, la BOAD organise les 14 et 15 novembre à  Lomé  son siège un important forum dont le sous le thème est : « L’Energie Solaire dans l’ Economie des Pays de l’UEMOA : Etat des Lieux, Enjeux et Politiques ».

 Ce forum est censé déboucher sur des recommandations et directives qui enrichiront les mécanismes  de financement de la Banque pour accélérer l’électrification des pays membres.

Pour la réussite de cet important rendez vous d’échanges et d’opportunités, les organisateurs ont décidé  de  faire appel à  quatre personnalités de marque, à  savoir deux chefs d’Etat et deux anciens premiers ministres. Ces deux chefs d’État sont le Alassane Ouattara, président en exercice de la Conférence des Chefs d’État et de gouvernement de l’UEMOA qui ouvrira les travaux et Faure Gnassimbge, président du Togo pays siège  de la banque.

L’honneur reviendra à Mamadou Loum ancien premier ministre du Sénégal et à Kabine Komara, ancien premier ministre de la Guinée de modérer les travaux afin de susciter chez les experts de haut niveau invités pour la circonstance. Leurs contributions positives éclaireront non seulement les choix politiques des pays de l’UEMOA pour accélérer la conception et la mise en oeuvre de projets d’électrification solaire, mais aussi à la Banque Ouest Africaine de Développement d’affiner ses outils de financement dans ce secteur.

Interrogé par Guineenews© pour savoir comment cette banque dont la Guinée n’est pas membre lui a fait appel, l’ancien premier ministre guinéen Komara s’est contenté de répondre que « la BOAD a pour principe de recourir aux expertises où qu’elles soient pour qualifier ses méthodes de travail et contribuer le plus efficacement possible au développement de ses pays membres. »

Gageons que l’ancien haut représentant  de  l’organisation de la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), banquier de son état, pourra apporter des retombées positives pour son pays la Guinée dont le potentiel en énergie solaire et hydraulique est si considérable que le gouvernement a commencé à réaliser des bagages hydroélectriques de grande capacité pour résorber le déficit électrique du pays.