“La Ceinture et la Route”, motif d’optimisme de l’économie mondiale

0
643

Gao Qiao

Selon les derniers chiffres publiés par l’Administration générale des douanes chinoises, durant les 4 premiers mois de cette année, la Chine a investi 2,76 mille milliards de yuan sur les pays riverains de “la Ceinture et la Route”, en hausse de 0,9%. Les données du ministère du Commerce montrent que durant le premier trimestre de l’année, les investissements de la Chine dans le cadre de “la Ceinture et la Route” ont continué à augmenter. L’investissement direct non financier des entreprises chinoises dans 52 pays riverains de “la Ceinture et la Route” a atteint 4,2 milliards de dollars, soit une hausse de 11,7% par rapport à la même période de l’année dernière.

Depuis le début de l’épidémie, les pays riverains de “la Ceinture et la Route” et la Chine se sont entraidés en faisant don de fournitures anti-épidémiques et de matériels nécessaires à la vie. La Chine a envoyé des équipes d’experts médicaux à une dizaine de pays riverains de “la Ceinture et la Route” pour les aider dans la lutte contre l’épidémie, y compris l’Iran, l’Irak, la Serbie, le Cambodge, le Pakistan et le Laos. Les experts médicaux chinois ont organisé plusieurs fois les visioconférences avec les personnels médicaux locaux pour échanger l’expérience sur la prévention et le contrôle de l’épidémie.

Selon un article publié sur le site de Forbes, le bihebdomadaire américain, quand l’épidémie de COVID-19 se propage dans les pays riverains de “la Ceinture et la Route”, les corridors de transport, les ports et les hubs logistiques sont utilisés pour donner l’aide médicale aux pays partenaires qui en ont besoin, et c’est ce que la Chine appelle “la route de la soie sanitaire”. Au moment critique, la Chine a fourni les équipements médicaux aux pays riverains de “la Ceinture et la Route”. Cela prouve que le réseau de connectivité a accompli sa fonction fondamentale qui consiste à maintenir les liens entre la Chine et d’autres pays du monde.

Ezzat Saad, directeur du Conseil égyptien des affaires étrangères, a indiqué que la pandémie de COVID-19 a prouvé une fois en plus que l’humanité partageait le même destin et qu’il était primordial de construire “la route de la soie sanitaire”. L’initiative “la Ceinture et la Route” a donné le cap à la construction conjointe de “la route de la soie sanitaire”.

Face à la pression baissière de l’économie mondiale, la Chine et les pays riverains de “la Ceinture et la Route” poursuivent activement la coopération en matière de lutte contre l’épidémie et les échanges commerciaux, apportant la force et la confiance à la lutte mondiale contre l’épidémie et à l’économie mondiale. Malgré la propagation de l’épidémie de COVID dans les pays riverains de “la Ceinture et la Route”, la mise en œuvre des projets de “la Ceinture et la Route” s’est poursuivie sans interruption. Le journal pakistanais Daily Times a publié un commentaire selon lequel la 2e phase de la construction du corridor économique Chine-Pakistan se poursuit. 400 00 ouvriers pakistanais et 7 000 ouvriers chinois travaillent assidûment sur le projet.

Durant l’épidémie, les trains de fret Chine-Europe, l’axe logistique important facilitant le commerce entre les pays riverains de “la Ceinture et la Route”, ont montré leur importance. En seulement 12 jours, les trains de fret Chine-Europe au départ de la ville de Xi’an du Shaanxi peuvent parcourir 4 000 miles (6437 kilomètres) et arriver à Izmit, ville côtière de la mer de Marmara en Turquie. Ils ont réduit de moitié le délai de transport maritime.

Selon Aidar Amrebayev, membre d’un club d’expert de “la Ceinture et la Route” au Kazakhstan, la reprise des opérations des trains de fret Chine-Europe est une bonne nouvelle pour les pays de l’Asie centrale. Il reste sûr qu’après l’épreuve de l’épidémie, la coopération internationale dans le cadre de “la Ceinture et la Route” s’améliorera encore.