La Chine a établi le mécanisme de coopération en matière d’e-commerce avec 22 pays

0
335

Peng Xunwen, journaliste de l’édition d’outre-mer du Quotidien du Peuple, partenaire de Guineenews.org

Il y a peu de temps, Mathew Vandler, étudiant belge de l’université de Gand, a acheté une bicyclette de la marque chinoise Phoenix sur le site e-commerce. Sa bicyclette est chic et présente un rapport qualité-prix attractif.

Durant l’épidémie, beaucoup d’Européens vont au travail à vélo, au lieu de prendre le métro. Les marques chinoises de bicyclette déjà installées sur les sites e-commerce en ont profité pour booster les ventes.

Les consommateurs chinois achètent de plus en plus les produits importés. Chen Tingting, habitante de la ville d’Urumqi, a déjà l’habitude d’acheter des produits cosmétiques importés sur un site e-commerce transfrontalier. “Le site propose des produits authentiques de marque de renom. Je peux recevoir les produits en 1 ou 2 jours. C’est très pratique.” Le mini-programme Wechat de ce site propose des milliers de produits importés.

Les pays participant à l’Initiative « la Ceinture et la Route » n’ont cessé de renforcer la communication et la coordination des politiques d’e-commerce. La Chine compte déjà 22 pays partenaires “d’e-commerce sur la route de la soie”, selon les statistiques du ministère du Commerce chinois. Il existe actuellement 26 000 entreprises d’e-commerce transfrontalier en Chine. En 2020, 5 688 entreprises supplémentaires ont été immatriculées, dont 3 130 dans les provinces concernées par l’initiative « la Ceinture et la Route ».

”Un train de fret Chine-Europe chargé de meubles, composants automobiles et objets quotidiens est parti du port terrestre international de la ville de Ganzhou de la province du Jiangxi pour se diriger vers des pays comme la Hongrie. La société Jiangxi Dashijie Furniture a livré ses produits pour la cinquième fois par les trains de fret Chine-Europe. “Il n’était pas possible remplir les formalités de dédouanement à Ganzhou dans le passé. Nous devions déclarer nos produits à exporter à Shenzhen. Aujourd’hui, nous pouvons le faire au port terrestre international de Ganzhou et les trains de fret Chine-Europe livreront nos produits directement aux entrepôts des parcs à l’étranger”, a dit Hu Daofeng, responsable de la société.

“L’e-commerce a prospéré le long de la route de la soie grâce à la coopération gagnant-gagnant des pays participants”, a dit Wang Wen, directeur exécutif de l’Institut Chongyang d’études financières de l’Université du Peuple. D’abord, les pays participants ont véritablement boosté leur développement puisqu’un nombre croissant de pays participent à la construction de la route de la soie numérique et que les infrastructures de numérisation s’améliorent en continu. Ensuite, les sites e-commerce chinois et étrangers interagissent en ligne. Les opérateurs transport et logistique, comme les trains de fret Chine-Europe, assurent la connexion entre les parcs de la Ceinture et la Route en Chine et à l’étranger. Ils contribuent conjointement au développement sain de “l’e-commerce sur la route de la soie”. Enfin, la montée en gamme et la transformation de la structure industrielle chinoise et l’accélération des “nouvelles infrastructures” permettent l’émergence de systèmes industriels internationaux dans de différentes villes, chacun avec leurs propres caractéristiques.

Les entreprises d’e-commerce chinoises comme Jingdong, Suning et Tencent partent à la conquête du marché étranger les dernières années. Les entreprises chinoises occupent déjà la moitié du marché des achats en ligne transfrontaliers en Russie. Elles affichent de belles performances parmi les premiers sites e-commerce en Asie du Sud-Est.

De plus en plus de consommateurs chinois et étrangers peuvent acheter des produits du monde entier en restant chez eux grâce au développement de l’e-commerce sur la route de la soie, lequel est devenu un nouveau moteur de coopération commerciale avec un fort potentiel dans la construction de « la Ceinture et la Route ».

Pour promouvoir le développement d’e-commerce sur la route de la soie, les pays concernés de l’initiative « la Ceinture et la Route » devront alléger les restrictions douanières, fiscales et dans les inspections et le taux de change, établir et optimiser les règles internationales régissant les flux de données et le règlement de différends dans l’e-commerce, selon les experts. Ils devront aussi accélérer la mise en place des parcours intégrés, plus efficaces et à tarif plus avantageux, de manière à approfondir la coopération mutuellement bénéfique.