La compagnie minière russe Rusal verse 2 euros comme prime de fin d’année à ses travailleurs.

décembre 31, 2018 9:41

Malgré tous les efforts consentis par les travailleurs depuis l’usine était à l’arrêt jusqu’à sa relance avec aujourd’hui 180 mille tonnes d’alumines, la direction de Rusal Friguia, quant à elle, a décidé de récompenser ses travailleurs en cette fin d’année à sa manière.

Selon une source digne de foi, la direction de Rusal, par la voix de sa  DRH (directrice des ressources humaines), lors de la réunion du staff de l’encadrement, tenue dans la matinée de vendredi dernier, a donné l’information selon laquelle, une somme de 25.000 GNF sera remise aux travailleurs comme prime de Noël et de nouvel an.

Cette nouvelle a été très mal perçue par l’ensemble des travailleurs qui ont accepté ce montant malgré eux pour ne pas se faire remarquer au risque d’être viré de l’usine.

De la mine jusqu’à la fabrication, en passant par le chemin de fer gravitant, les ouvriers, tous les travailleurs considèrent cette prime comme une insulte à leur égard.

« Rusal se fout de nous malgré le sacrifice que nous faisons pour que l’usine ne s’arrête plus. Nous sommes mal payés par pointage, chose qui n’existait pas et nous sommes maltraités comme des animaux. Pire, nous n’avons où nous plaindre. C’est grave la situation que nous vivons avec cette reprise qu’on avait qualifiée de celle de tous les espoirs ! 25 000 GNF comme prime pour la fin d’année, c’est une foutaise ! », nous a confiés, sous le sceau de l’anonymat un travailleur.

Pour cet autre, c’est le président de la République qui a donné la force aux Russes de les maltraiter ainsi : « les Russes ont raison de se comporter ainsi avec nous. C’est parce que Alpha Condé est venu les renforcer dans leur position et nous affaiblir au lieu de nous protéger. Voilà une autre occasion pour nous tendre 25.000 GNF comme prime pour la fête de Noël et cette du nouvel an. C’était mieux de ne rien nous donner et le malheur est que si tu refuses, tu te verras virer de l’usine sans explication. Nous sommes dans une jungle, je vous le jure. »

Pour rappel, la direction de Rusal a donné aux travailleurs comme  prime de démarrage de l’usine une somme de 100.000 GNF. En attendant de voir un jour ou l’autre leur situation s’améliorer, ces travailleurs n’ont pour le moment  que leurs yeux pour pleurer.

A rappeler que Rusal, pour ne pas payer des arriérés de salaires et payer les salaires sur la base de la grille salariale normale, a repris les tous travailleurs de l’usine par l’entremise d’un sous-traitant Seinta Prestation.