« La Guinée doit être riche en gérant correctement les deniers publics », soutient Gnanga Komata de la BCRG

0
1100

Un atelier de formation axé sur le thème « Médias et transactions bancaires » s’est ouvert ce mercredi 3 avril 2019 à Kindia. Outre les autorités régionales et la délégation du ministère de l’Information et de la Communication, la rencontre a connu la présence des responsables de la Banque Centrale de la République de Guinée, dont le premier vice-gouverneur de cette institution.

Au cours des débats entre le facilitateurs et participants, Gnanga Komatha Gomou a indiqué que l’économie nationale se trouve être structurée d’une très bonne manière et que chacun doit réfléchir sur comment la Guinée devrait être riche.

« La Guinée doit être riche en gérant correctement et bien les deniers publics. Vous regardez du côté des Marchés publics, si vous suivez tout, vous allez savoir qu’il y a des marchés, c’est peut-être la moitié de l’enveloppe qui peut faire le travail. Et l’autre moitié, c’est vraiment quelque chose d’autre. Voilà les origines de l’inflation. Parce que si vous avez beaucoup d’argent, beaucoup de francs guinéens, chacun cherche à avoir des devises pour voyager, pour aller se promener, en ce moment, on met une pression sur le franc guinéen en cherchant les devises à n’importe quel prix. C’est ça que vous devez comprendre, vous journalistes. Si aussi nous nous mettons à dépenser n’importe comment, pour des choses qui n’en valent pas la peine, l’Etat est amené à des moments à s’endetter », a expliqué le premier vice-gouverneur de la BCRG.

Selon l’orateur, s’il y a plus d’argent que de biens et services dans un pays, l’économie de cette nation ne peut pas être équilibrée. D’où son appel aux concitoyens d’avoir tous le souci-là. « (…). Parce qu’il faut qu’une génération se sacrifie pour le développement de ce pays. On ne peut pas chercher l’argent à tout prix. Il faut avoir savoir -raison gardée- travailler dans les limites de la conscience et de l’amour du pays. Si au moins les jeunes qu’on est en train d’engager ne pensent pas tout de suite à des voitures, ne pensent pas tout de suite à des villas, se mettent à travailler avec une rigueur, on va arriver peut-être à trouver beaucoup de richesses pour le pays. Vous avez vu ce qu’on est en train déjà de faire au niveau de la Douane, au niveau des Impôts, les Impôts qui, depuis quelques années n’arrivent pas à faire le plein de ce qu’on leur demande, je pense, ils vont le faire désormais », a-t-il fait remarquer.

Citant à titre d’exemple la capitale sénégalaise, M. Gomou a indiqué que pour une consultation à Dakar, le médecin ne touche pas à l’argent. « Il y a un agent comptable chez qui vous payez ce que devez faire et vous allez vous faire visiter, vous allez vous faire traiter. En Guinée, on a essayé, on n’arrive pas. Les directeurs d’hôpitaux sont en bagarre avec les comptables. Ils les chassent même », a fustigé le premier vice-gouverneur de la Banque Centrale.