La Guinée et la SBM-Winning signent une convention minière de 14 milliards de dollars

0
970

La convention de base pour l’exploitation des Blocs 1 et 2 de Simandou a été signée ce mardi 9 juin 2020 au ministère des Mines et de la Géologie entre l’Etat guinéen et la SMB-Winning. Cette signature en présence des ministres des Mines et du Budget marque un tournant décisif dans le développement minier en république de Guinée.

Selon nos informations, le coût du projet est de 14 milliards de dollars et  le Consortium  SMB-Winning va exécuter les termes de cette convention de base. L’objectif est de développer une chaîne de production intégrée de minerai de fer, de réaliser des infrastructures ferroviaires et portuaires et de construire une aciérie à long terme

Dans ce projet, le Consortium s’engage  ainsi à construire un chemin de fer d’une longueur de 679 kilomètres multi-utilisateur et multi-usages reliant la mine au port en eaux profondes situé à Matakang dans la préfecture de Forécariah au Sud de Conakry.

Au cours de son intervention, le PDG de la société SBM a évoqué « d’un projet gigantesque à l’échelle de la Guinée, du continent  et voire du monde, un des plus grands projets mondiaux que nous allons exécuter ici en Guinée. » Mais pour sa réalisation, Fadi Wazni demande l’implication de toutes les parties signataires et de la communauté  pour la réussite du projet. A ceci, chacune des parties engagées doit jouer un rôle dans la levée des fonds estimés à 14 milliards de dollars, soit 100 fois le capital de toutes les banques de Guinée réunies. Il invite le gouvernement et les partenaires  à jouer leurs responsabilités de bonne gouvernance, et de travail avec un sens éthique qui permettra au projet d’aller à termes.

Pour l’exécution du projet, les partenaires ont besoin de « l’engagement des communautés qui auront une place de choix. C’est un modèle que nous avons produit à Boké que nous allons produire au Simandou, autour de Kérouané », a indiqué Fadi Wazni. Avant de prendre « l’engagement devant les ministres » de l’exécution dudit projet.

Pour sa part, le ministre du Budget dira que le président de la république, Alpha Condé, a sorti la Guinée de « l’utopie minière » en insufflant « une dynamique minière. On ne peut en douter que les réformes du président Alpha Condé suivent leur chemin. Tout ce qui va être généré en termes d’emplois directs, indirects et les recettes induites pourront permettre à la république de Guinée d’être comptée parmi les  pays les plus émergents que le président a fixé en 2040. »

Enfin, le ministre des Mines et de la Géologie a souligné que « le projet sur les Blocs 1 et 2 de Simandou s’inscrit dans le cadre de la diversification minière et du développement intégré utilisant les mines comme levier de développement économique». Poursuivant, Abdoulaye Magassouba a indiqué que « cette politique est portée depuis 2010 par le président Alpha Condé et qui est activement mise en œuvre par le Premier ministre. »

« C’est le plus grand projet minier actuellement dans le monde. C’est pour vous dire que c’est quelque chose d’inédit en Afrique en termes de volume d’investissement  dans le secteur minier. Cela appelle à une grande responsabilité de chacun des acteurs. Mais cela veut dire aussi que la taille du défi est inédit en Afrique. Il est donc, extrêmement important que toutes parties prenantes puissent avoir à l’esprit  du défi pour que chacun se mette  au travail », a martelé.

« Nous comptons sur le consortium pour que tous les engagements dans la convention les concernant puissent être honorés. Nous avons beaucoup d’espoir dans la volonté sincère du consortium à mettre ce gisement en exploitation. C’est une des rares fois qu’une société s’engage à faire plus que ce qui est prévu dans le code minier en termes de contenu local », note le ministre Magassouba.

Pour terminer, il a prévenu que « le défi est colossal. Mais que le Département des Mines s’engage aux côtés des partenaires  pour assurer ses responsabilités parce que  la viabilité et la profitabilité du projet en dépendent. »