La Guinée ferme sa frontière avec le Sénégal

0
984
File de véhicules à la frontière guinéo-sénégalaise

C’est désormais effectif. La frontière entre la Guinée et le Sénégal voisin est fermée depuis hier dimanche 27 septembre 2020. Ceci serait une décision unilatérale des autorités guinéennes, a appris Guineenews© auprès d’une autorité administrative en service du côté de Koundara mais aussi auprès d’un haut cadre basé à Conakry.

Depuis cette fermeture qui est intervenue sans la moindre communication autour, les spéculations vont bon train dans cette partie de la Guinée très prisée par les usagers. Pour preuve, quelques temps après, on observe une file indienne de véhicules des deux côtés de la route.

Interpellé, El Hadj Maladho Zawiya Diallo, le secrétaire général du syndicat des transports et mécanique générale de la CNTG (confédération nationale des travailleurs de Guinée) Labé confirme le blocage : « comme vous le savez, les camions avaient l’autorisation de passer avec une marge de deux chauffeurs par véhicule. Mais depuis quelque temps, les véhicules sont bloqués. Pas de sortie et encore moins d’entrée. Depuis hier, c’est fermé et on n’a pratiquement aucune information officielle. Il y a des personnes qui disent qu’en plus de la frontière entre nous et le Sénégal que celle d’avec la Guinée Bissau aussi est fermée. Mais rien n’est clair pour le moment », soutient-il.

Pour plus de détails, Guineenews a joint au téléphone une autorité administrative de la préfecture de Koundara. Sous le sceau de l’anonymat, notre interlocuteur a confirmé la fermeture de la frontière en ces termes : « je ne peux rien dire autour de çà. Je peux seulement dire que c’est fermé. » A la question de savoir quelle partie entre la Guinée et le Sénégal a procédé à la fermeture, elle s’est contentée de dire que « c’est la Guinée. »

Par ailleurs, du côté de Conakry, un haut cadre qui a également requis l’anonymat nous a confirmé la fermeture de la frontière par la Guinée. Pour ce qui est des raisons, l’intéressé évoque une question sécuritaire : « il y a des menaces. »

En attendant la déclaration officielle du gouvernement guinéen, les usagers bloqués de ce côté continuent à tirer le diable par la queue.

A suivre !