La Guinée passe avec « succès » la 4ème revue de l’accord FEC du FMI

0
862

Un accord au niveau des services du FMI (fonds monétaire international) a été conclu sur la quatrième revue du programme de politiques économiques et de reformes appuyés par une Facilité Élargie de Crédit de trois ans. Tel est le contenu du communiqué de presse de la délégation du FMI en Guinée. Crédit photo : page Facebook du ministère de l’économie et des finances. 

Parmis les conseils prodigués à la Guinée, le FMI fait mention d’une mobilisation de recettes fiscales additionnelles et réduire graduellement les subventions à l’électricité. Ceci selon le FMI afin de pouvoir créer l’espace budgétaire pour accroître les investissements publics pour soutenir la croissance.

Le FMI demande aussi au gouvernement d’augmenter les dépenses publiques dans les filets de protection sociale pour réduire la pauvreté, protéger les plus vulnérables et promouvoir l’inclusion.

L’accord signé en 2017 porte sur un soutien budgéraire d’un total de 172 millions de dollars sur trois ans et doit se terminer en décembre 2020. Le montant est déboursé en tranches si la Guinée remplit certaines conditions et doit être soumis à l’approbation du conseil d’administration du FMI en décembre 2019.

Voici la déclaration du FMI représentée par Albertin, chef de mission du FMI pour la Guinée :

« Les autorités guinéennes et les services du FMI ont atteint un accord un niveau des services du FMI sur la quatrième revue du programme de réformes et de politiques économiques appuyé par un accord FEC de trois ans. L’accord FEC vise à favoriser une croissance forte et partagée et à réduire la pauvreté tout en préservant la stabilité macroéconomique. La performance par rapport aux objectifs à fin juin 2019 du programme appuyé par la FEC était satisfaisante, et les reformes appuyées par le programme progressent.

« La croissance réelle était à 6% en 2018 et la forte performance économique devrait se poursuivre en 2019, soutenue par activité dynamique dans le secteur minier. L’inflation globale a ralenti à 9,4% en aout 2019. Le solde budgétaire de base a enregistré un surplus de 1,2% du PIB à fin juin. Les réserves internationales brutes se sont renforcées pour atteindre 3,7 mois de couverture des importations.

« Mobiliser des recettes fiscales supplémentaires et réduire graduellement les subventions à l’électricité sont déterminants pour la création de l’espace budgétaire pour accroitre les investissements publics à soutien de la croissance. Parallèlement, renforcer la gestion des investissements publics permettra d’assurer un meilleur rendement des investissements et de promouvoir la transparence et l’efficacité. Augmenter les dépenses publiques dans les filets de protection sociale est fondamental pour réduire la pauvreté, protéger les plus vulnérables et promouvoir l’inclusion. Une stratégie prudente d’endettement permettra de préserver la viabilité de la dette.

« Poursuivre la constitution des marges de manœuvre extérieurs renforcera la résilience de la Guinée face aux chocs. La poursuite de l’assouplissement du taux de change facilitera l’accumulation de réserves. A cette fin, la concurrence sur le marché des changes a été renforcée et une stratégie d’intervention de la banque centrale fondée sur des règles est en train d’être finalisée.

« Maintenir une politique monétaire prudente sera important pour modérer l’inflation. Continuer à limiter les prêts de la banque centrale à l’État sera essentiel à la maîtrise des tensions inflationnistes. Une gestion plus active de la liquidité aidera à l’atteinte des objectifs monétaires.

« Poursuivre la mise en œuvre des réformes visant à améliorer la gouvernance et le climat des affaires est essentiel au développement du secteur privé et à une croissance partagée. Continuer à renforcer le dispositif de lutte contre la corruption et le cadre de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme est important.»