La lutte contre l’épidémie mobilise des efforts collectifs

0
442

Journaliste du Quotidien du Peuple, partenaire de Guinéenews

La bataille contre l’épidémie est une guerre du peuple. En première ligne de défense, les anges en blanc (le personnel de santé) et les employés communautaires de prévention et de contrôle travaillent jour et nuit pour combattre le virus. En même temps, beaucoup de gens ordinaires, plus à l’arrière, apportent aussi leur contribution à cette bataille que nous devons absolument gagner.

Dans la soirée du 5 février, lors du déchargement d’un camion devant le 2e Hôpital Wugang de Wuhan, le camion a heurté des branches d’arbres, faisant tomber par terre des choux chinois sur le camion. Zhao Yong, un homme fort dans sa quarantaine, très attristé quand il a vu les choux tombés par terre, a du mal à contenir ses larmes. « Nous avons travaillé vraiment dur pour récolter les meilleurs choux dans les terres. Il nous a fallu plusieurs jours consécutifs de travail pour les récolter, avant de les livrer à Wuhan cette fois. »

Zhao Yong est secrétaire du parti communiste du village Longzhu du comté de Wenchuan de la province du Sichuan. Avec 12 agriculteurs, ils ont conduit des camions pour livrer 100 tonnes de légumes aux différents hôpitaux de Wuhan le 5 février. Le 2e Hôpital Wugang de Wuhan est le dernier dans son itinéraire. Selon Zhao Yong, par ces gestes, ils rendent grâce car en 2008, le pays entier s’est mobilisé pour aider son comté dans les jours les plus difficiles après le tremblement de terre de magnitude 8,0 sur l’échelle de Richter dans le comté de Wenchuan au Sichuan.

Le 9 février, Sina Karami, d’origine iranienne, a déjà travaillé pendant une semaine dans le café Wakanda pour servir le café dans la Zone de développement des nouvelles technologies du Lac de l’Est à Wuhan (Guanggu). Son café était déjà fermé. Mais les serveurs se sont souvenus de leurs clients réguliers, qui sont des agents de santé dans l’Hôpital de médecine chinoise de la province du Hubei. Le personnel de santé travaille en première ligne de défense sans repos. De jeunes serveurs du café ont donc décidé d’ouvrir le café pour satisfaire le besoin de café du personnel de santé.

Pendant cette période, l’ambassade d’Iran en Chine a contacté Sina à deux reprises, pour lui informer des vols spéciaux pour rapatrier des citoyens iraniens à Wuhan. À plusieurs reprises, ses copains lui ont conseillé de retourner d’abord en Iran vu le danger de l’épidémie. Mais Sina a refusé car il voulait rester avec ses copains et continuer à préparer le café pour les anges en blanc.

Le 12 février, Yuan Chuanwei peut enfin se détendre un peu après avoir livré au Hubei les équipements commandés. Il est responsable d’une société de fabrication de appareils de précision dans l’arrondissement de Xiangcheng de la ville de Suzhou. Son client l’avait appelé il y a deux semaines pour commander des équipements de désinfection au peroxyde d’hydrogène pour livrer au Hubei.

Mais à cause de l’épidémie, 5 ouvriers sur la ligne de production ne pouvaient pas reprendre le travail. Yuan Chuanwei a réfléchi et il s’est dit, comme il connaissait bien tout le processus sur la ligne de production et vu que la demande a été urgente, il a accepté la commande et a commencé à travailler tout seul. Pendant deux semaines, il vivait, mangeait et travaillait 24/24 dans l’atelier de production. Quand les machines fonctionnaient automatiquement, il en a profité pour prendre sa pause. « Bien que ces deux semaines aient été difficiles, c’est mieux que laisser l’épidémie tuer les gens. » A dit Yuan Chuanwei.

Dans la nuit du 16 février, Zhang Xiangbei, avec son fils dans les bras, a bavardé dans un chat vidéo avec sa femme, laquelle avait travaillé pendant toute la journée. Son fils, âgé tout juste de 16 mois, ne savait pas vraiment parler, mais il a appelé sa mère avec ses propres mots. Il y a une semaine, sa femme qui travaille au Hubei Airport Group a été affectée au quartier Taoyuan de l’arrondissement de Jiangan pour les opérations de prévention et de contrôle de l’épidémie. Comme elle habite en isolement dans le dormoir de son entreprise, son mari Zhang Xiangbei devait s’occuper seul de leur fils.

« Même si je m’occupe de mon fils aussi chaque jour, cette fois, au lieu d’aider ma femme, je dois jouer le rôle principal. » A dit Zhang Xiangbei. Il est devenu « un super papa » puisqu’il est de plus en plus à l’aise quand il accomplit des tâches comme le changement de couche, les 3 repas par jour et les soins quotidiens. « Maintenant je peux changer la couche en 20 secondes. Je sais bien comment faire dormir mon fils aussi! »

Après la fête du printemps, Zhang Xiangbei a commencé le télétravail chez lui. Il s’occupait aussi de son fils, lui préparait des repas, jouait avec lui et le faisait dormir. Selon Zhang Xiangbei, il est très occupé chaque jour, à tel point qu’il a l’impression d’être sur un champ de bataille, mais il se sent très heureux. « Grâce à cette période très difficile, je comprends mieux ce que c’est la famille. L’épidémie va passer et nous devons faire de notre mieux pour bien vivre! »