La ministre du Plan: «le pari d’un taux de croissance à deux chiffres serait gagné…»

mars 11, 2019 5:30

L’une des missions du ministère du Plan et du Développement Economique est la réduction de la pauvreté. Ce lundi 11 mars, lors de son passage devant la presse, la ministre Mama Kanny Diallo, dans le cadre de la présentation des acquis et perspectives des différents départements ministériels, est revenu sur la question de la pauvreté et de la croissance.

«Le PNDES est conçu pour accroitre la croissance. Et qui dit croissance, dit investissement et qui dit investissement, dit création d’emplois et qui parle de création d’emplois, parle de création de revenu… En 2009, le taux de croissance du PIB était négatif (-1,1%), le revenu par tête d’habitant était en net recul (-3,4%), la pauvreté s’est aggravée touchant 3 guinéens sur 5 et les réserves de change s’étaient amenuisées, représentant environ un mois d’importations», a déclaré la ministre du Plan

Poursuivant, elle a déclaré: «en réhabilitant la chaine de Planification, Programmation, Budgétisation, Suivi-et Evaluation (PPBSE), mon département a contribué à améliorer la qualité et l’efficacité des allocations budgétaires. Et partant, a créé les conditions de la croissance à deux chiffres que connait depuis 2016 notre pays. (…) Le produit Intérieur Brut (PIB) a progressé en termes réels de 10,8 % en 2016 à 13,4 % en 2017, bien au-delà des prévisions. Si cette tendance est maintenue, le pari d’un taux de croissance à deux chiffres serait gagné sur toute la période couverte par le PNDES. Le ministère est conscient qu’il ne suffit pas d’avoir une croissance forte et soutenue. Il faut que cette richesse ainsi créée, soit mieux distribuée pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale des couches vulnérables.»

A en croire la ministre du Plan et du Développement Economique, depuis son lancement en 2012, le projet PPBSE a permis de réaliser dans les 21 préfectures couvertes, 266 microprojets qui ont  contribué à la création de 37 793 emplois pour les femmes et jeunes par le biais des travaux à haute intensité de main d’œuvre. En plus, a-t-elle annoncé, le projet a procédé à des transferts de plus de 5 milliards de FG à 8 498 chefs de familles bénéficiaires.