La Muse initie les étudiants à la promotion de la bonne gouvernance à Conakry

août 4, 2018 11:56
0

Au studio Kirah, sis à la Minière, dans la commune de Dixinn, se tient actuellement une série de hackathons axés sur plusieurs thématiques, dont le droit des femmes et des groupes vulnérables, la fourniture des biens publics, ainsi que l’engagement citoyen.

L’initiative est de l’association culturelle La Muse à travers un appui financier d’Open Society Initiative For West Africa. Le projet, qui tend vers sa fin, s’est étendu sur un an. Il a débuté par la formation des étudiants de l’Institut supérieur des arts de Guinée (Isag) sur les pratiques de la bonne gouvernance.

Aussi, il y a eu des résidences de création au cours desquelles il a été mis à la disposition des participants des aides à la création. Les pensionnaires de ces résidences, exclusivement des étudiants artistes, ont présenté une pièce de théâtre, fait des tableaux d’art plastique et composé des chansons pour encourager et promouvoir la bonne gouvernance.

Le premier hackathon s’est soldé par l’illustration des lauréats qui sont en train de travailler sur tout ce qui peut être redevance minière, et sont répartis dans des équipes pluridisciplinaires et multidimensionnelles.

« L’idée, c’est aussi d’encourager l’engagement social des artistes, à ne pas rester sur l’esthétique artistique seulement. Mais aussi à être engagés pour le développement de notre pays à travers la promotion de la bonne gouvernance », motive Bilia Bah, directeur de la Muse et du studio Kirah.

Développeur de la problématique de vulnérabilité des femmes avec son groupe, Mamadou Dian Diallo, étudiant en Licence 4, Génie informatique, à l’université La Source dit que le travail qu’il abat avec ses amis vise à créer une plateforme pouvant aider les femmes à sortir de leur vulnérabilité. Le document une fois conçu, va susciter de l’interaction entre plusieurs intervenants dans ce domaine en vue de le rendre plus ou moins perfectible et intelligible.