La présidente de l’ONPG dresse son bilan à mi-parcours et se projette dans les perspectives

septembre 2, 2018 12:00
0

Le 26 octobre 2017 marque la date de la prise de fonction de l’actuel Bureau exécutif de l’Ordre national des pharmaciens de Guinée (Onpg). Dix mois après, sa présidente, Hawa Diakité et son équipe se targuent d’être parvenues à des résultats jugés plutôt élogieux par les acteurs du secteur.

Au nombre de ces acquis, figurent entre autres la production de résultats tangibles et pérennes en moyen et long termes, afin de rendre à la profession ses lettres de noblesse et la place qui est la sienne : celle d’agent basique et de conseiller thérapeutique, énumère la présidente de l’Onpg, Mme Hawa Diakité.

Aussi, dit-elle, l’Ordre a privilégié des actions concrètes et décisives, les concertations avec les services publics pour la mise en place des pratiques susceptibles de booster le secteur pharmaceutique, avec pour objectif de base le renforcement du cadre juridique, législatif et réglementaire.

« Cet objectif s’est concrétisé par la promulgation de la loi L/2018/024/AN du 20 juin 2018 qui donne davantage de pouvoirs aux pharmaciens et qui criminalise davantage la vente illégale du médicament », justifie Mme Diakité.

Le secteur pharmaceutique reste fortement éprouvé par la pratique illégale de la profession de pharmacien notamment à travers la vente illicite du médicament qui a tendance aujourd’hui à devenir une préoccupation mondiale. A l’éradication de cet état de fait, la présidente de l’Onpg rassure que les pouvoirs publics travaillent avec acharnement.

D’autres résultats auxquels est parvenu l’Ordre des pharmaciens de Guinée est l’’examen et l’évaluation des officines à travers le pays. A ceux-là s’ajoutent des avancées législatives et réglementaires, ainsi que la création des antennes préfectorales et régionales, les acquis physiques à travers l’acquisition et l’équipement d’un siège à la Minière, des matériels roulants et la conception d’un site Internet pour une large communication, égrène, entre autres, Hawa Diakité.

De la moralisation de la profession de pharmacien

Au même titre que le pharmacien a des droits, il lui incombe aussi l’accomplissement d’un certain nombre de devoirs liés notamment au respect de l’éthique professionnelle et du code de déontologie qui régissent l’exercice du métier. La nouvelle équipe reste ferme sur ces deux aspects.

Perspectives

Avec pour rôles le renforcement de la législation et la moralisation de la profession, l’Ordre national des pharmaciens de Guinée entend retrousser les manches pour offrir au secteur pharmaceutique les réponses tant attendues.

Et pour réussir ce challenge, l’Onpg compte privilégier des actions concrètes et décisives, des concertations avec les services publics en vue de la mise en place des pratiques susceptibles de booster le secteur pharmaceutique. Son objectif de base étant le renforcement du cadre juridique, législatif et réglementaire.