La revue de presse : La reprise du dialogue politique et la mission des anciens chefs d’Etat à la Une des tabloïds

0
430

Les tabloïds parus du 9 au 14 décembre dans la cité ont consacré l’essentiel de leurs colonnes à la reprise du dialogue inter-guinéens et de la visite des deux anciens chefs d’Etats, Goodluck Jonathan de la République Fédérale du Nigeria et Nicéphore Soglo du Bénin dans notre capitale, sans oublier celle du Président Sud-africain, Cyril Ramaphosa, qui était également dans nos murs du 3 au 4 décembre dernier. La conférence de presse du ministre de l’Education Nationale, Mory Sangaré n’a pas été passée non plus sous silence par nos confrères, sortis dans la semaine.

Ainsi pour « L’Observateur », la reprise de ce dialogue entre la mouvance et l’opposition, est le signe d’un début de dégel de la crise socio-politique très tendue ces derniers temps « A préciser que l’opportunité et l’importance de ce dialogue, qui se tient dans un contexte d’intolérance et d’incompréhension sociopolitique, ne sont plus à démontrer. Il sonne comme le signe d’un début de dégel de la situation, sociopolitique, qui jusqu’ici très tendue».

Le «Lynx », qualifie le retour de ce dialogue inter-guinéen, de résurrection d’un dialogue au point mort depuis plus d’un an. Un dialogue, selon le satirique du lundi, qui  enregistre l’entrée de nouveaux visages. « …Ce sont de nouvelles figures qui ont représenté la mouvance présidentielle : Aboubacar Sylla, ministre des Transports, Laho Bangoura, Conseiller du Premier ministre », pour le « Lynx », c’est un dialogue de façade pour plaire à la communauté internationale.

La visite du Président Sud-Africain a aussi intéressé le journal qui  pense que cette visite n’est pas une randonnée, mais celle qui créera une plate-forme  pour discuter les intérêts mutuels des deux pays : l’Afrique du Sud et la Guinée.

« La Lance » du mercredi s’est dirigé lui, vers les derniers visiteurs, les anciens chefs d’Etats du Nigeria et du Bénin, Goodluck Jonathan  et Nicéphore Soglo. Venus à Conakry pour s’enquérir de l’évolution de la situation sociopolitique du pays. Pour l’hebdomadaire du mercredi, cette visite prouve à merveille que la Guinée est aujourd’hui au centre des préoccupations des pays de la sous-région et de la communauté internationale.  « Tout cela a préoccupé la communauté internationale, elle a cru devoir envoyer ici deux sages, deux anciens présidents, pour essayer de savoir ce qui se passe et peut-être envisager des démarches ou des initiatives visant à sortir la Guinée de la crise… » « La Lance » a aussi relayé la conférence  de presse du ministre des Investissements et des Partenaires Publics Privés, sur la corruption. Conférence de presse tenue en marge de la journée internationale de lutte contre la corruption. Selon le journal, les rapports  de 2011 et 2017 de l’Agence Nationale de Lutte contre la Corruption, estiment que le volume des pots-de-vin en Guinée avoisine en moyenne 600 milliards de francs guinéens.

« Le Standard », a publié l’inquiétude de l’avocat du lieutenant Aboubacar Toumba Diakité, ancien aide de camp de l’ex chef de la junte, le Capitaine Moussa Dadis Camara. Selon le journal, Me Paul Yomba s’inquiète de la santé de son client. « Toumba souffre gravement de la hernie de la ligne blanche, ses intestins lui montent jusqu’à la poitrine. Il est obligé de s’étrangler pour ne pas que ses intestins lui montent à la gorge. Il ne peut pas s’alimenter normalement…»

« L’indépendant » de la semaine nous ramène à l’école en diffusant la réaction du ministre de l’Education Nationale par rapport à la menace de grève des enseignants. Pour le ministre Mory Sangaré, cette menace d’Aboubacar Soumah et ses camarades est excessive. Il trouve que les syndicalistes exagèrent.

« Il faut que nos partenaires syndicaux acceptent de laisser fonctionner les écoles. De trouver d’autres approches de solutions que l’arrêt total des cours. Je pense qu’ils sont dans l’excès », martèle Mory Sangaré.