La société minière de Dinguiraye fait un don au Tribunal de première instance de Faranah

mars 25, 2019 2:15

Comment améliorer les conditions de travail des cadres de l’administration judiciaire en guinée afin d’influencer significativement le rendement de leurs services pour un développement durable du pays? Tel est l’un des objectifs de la société minière de Dinguiraye située à Lero. C’est dans cette perspective que cette société minière a offert le jeudi, 21 mars 2019, un lot de matériels informatiques et énergétiques au Tribunal de première instance de Faranah. Ce don est composé de: deux ordinateurs avec accessoires, deux imprimantes de marque canon, une photocopieuse et deux panneaux solaires avec accessoires d’une valeur de Soixante millions trois cent dix mille francs guinéens comprenant les prix, les frais de transport et d’installation des équipements au TPI de Faranah.

 Ce don de la SMD en faveur du TPI de Faranah intervient trois mois après que cette Société ait rénové et équipé entièrement la justice de paix de Dinguiraye et le logement du juge de paix à partir des fonds de la contribution pour le développement local payée par la Société.

Aussi, la SMD a apporté une assistance au Tribunal de Siguiri en équipements en 2017 et pour la vulgarisation du code pénal et du code de procédure pénale en 2018 auprès des OPJ ainsi qu’à la Cour d’appel de Kankan en 2019 pour la tenue de l’Assemblée générale annuelle de ladite Cour mais pour son alimentation en électricité pour permettre à ses membres de travailler sereinement.

Cet appui au tribunal de Faranah vient renforcer les efforts du Ministre de la Justice en faveur d’une bonne administration de la justice qui passe par la création de meilleures conditions de travail aux Magistrats guinéens. Cet appui met fin à la saisie des actes et jugements du Tribunal de Faranah dans les cybers privés de la ville.

Prenant la parole, le directeur des affaires juridiques et relations publiques de la société minière de Dinguiraye, Me Ibrahima Kadiatou Camara, Avocat à la Cour, précise: << Il est de l’intérêt de la société minière de Dinguiraye de faire comme toutes les autres sociétés minières qui contribuent au développement de la république de Guinée, bien sûr à côté du gouvernement Guinéen. Nous avons visité ce tribunal, nous avons vu les conditions dans lesquelles les magistrats sont en train de travailler dans l’absence totale d’électricité et de matériels informatiques. Les manuscrits des jugements qui sont rendus sont saisis dans les cybers privés, en dehors du tribunal, ce qui comporte un risque de manipulation desdits jugements, sans compter que dans l’obscurité,  les magistrats ne peuvent pas travailler. C’est pour pallier à cette insuffisance que la société minière de Dinguiraye, sur mon initiative, a accepté d’accompagner le tribunal de Faranah en apportant cette assistance en panneaux solaires pour éclairer ledit tribunal, ce qui est fait aujourd’hui, mais aussi en matériels informatiques pour faciliter leur travail et espérer améliorer le fonctionnement dudit Tribunal au grand bénéfice des populations de Faranah .

En réceptionnant le don, le Procureur de la république près le Tribunal de première instance de Faranah, Mamoudou Lebéré Baldé, s’est d’abord réjoui de ce geste en faveur du tribunal au regard des difficultés, notamment le manque de matériels informatiques et énergétiques auxquels est confronté le tribunal avant de rassurer l’utilisation à bon échéant de ces matériels informatiques et énergétiques.

Poursuivant, il ajoute : << La fois passée, le Directeur chargé du département juridique de la SMD, Me Ibrahima Kadiatou CAMARA, est passé par là. C’est un avocat, c’est un de nous, voyant les conditions dans lesquelles nous travaillons. Nous lui avons demandé de nous assister pour que nous puissions avoir une source d’énergie appropriée, des ordinateurs ainsi que les imprimantes pour que nous soyons autonomes. Par ce que, il n’est pas normal que les juges se déplacent pour aller ailleurs pour faire la saisie des actes encore mieux faire la saisie des décisions de justice. Les citoyens, une fois que la décision est rendue, en principe, ils ont droit à avoir la copie de leur décision. C’est pourquoi, conformément aux dispositions du code de procédure civile, économique et administrative, le juge a l’obligation de rédiger sa décision avant de la prononcer à l’audience. Et si maintenant, lui, c’est sur le papier qu’il peut rédiger, il n’a pas un outil informatique, donc ça va retarder le citoyen qui a le droit d’avoir sa décision. C’est pourquoi heureusement, dès qu’il est arrivé, on lui a exposé tout ça. Et le 11 mars il m’a demandé de faire la demande. Immédiatement, j’ai fait la demande. Deux jours après, il a répondu favorablement. Donc, on ne peut que le remercier davantage >>.

À noter que la justice reste déterminante dans la restauration d’un État de droit. Pour preuve, les populations de la ville de Faranah sont satisfaites des jugements rendus lors des audiences criminelles en cours et ne cessent d’en parler.