La vulnérabilité de Conakry mise à nu a travers l’incendie des maisons de fortune à Kaloum

mars 28, 2019 12:15
Il n’est jamais assez aberrant d’écrire que la presqu’île de Kaloum est aujourd’hui installée sur une bombe en retardement. Cette bande de terre qui abrite à la fois le siège de la Présidence, du gouvernement, de l’essentiel de l’administration publique, ainsi que des institutions républicaines, se trouve être victime d’un mauvais plan d’urbanisation.
Bicoques, taudis, bidonvilles et autres ghettos rivalisent d’ardeur avec les somptueux immeubles qui y poussent tous les jours que Dieu fait. Ce, à proximité du siège des hydrocarbures, avec tous les dangers qu’on peut en déduire.
Une vulnérabilité qui a été mise à nu ce mardi 26 mars lors de l’opération de déguerpissement des encombrants physiques qui habitaient jusque-là la bretelle droite de la station d’épuration depuis Tombo jusqu’à Coronthie.
Les sapeurs pompiers ont énormément grouillé avant de réussir à maîtriser le feu qui a été mis à cet effet. Cela, à quelques mètres près de la station de stockage des hydrocarbures située non loin de la centrale thermique de Tombo.
Puisque les deux camions, mobilisés pour la circonstance, ont vidé tout leur contenu d’eau sans parvenir à un résultat probant. Il a fallu attendre l’arrivée du troisième pour que les secouristes ne réussissent à contenir le feu qui était d’une énorme sévérité.
D’ailleurs, au regard de l’immensité de l’incendie, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire, Ibrahima Kourouma a décliné l’offre des journalistes qui exprimaient le désir de réaliser une interview avec lui, prétextant qu’il ne parlera au micro des hommes de médias qu’une fois le feu maîtrisé.
A l’opposé des lieux déguerpis et consumés, les responsables de la station de stockage des hydrocarbures ont activé leur système automatique d’auto-arrosage sur leurs cuves, question de les refroidir de la chaleur qu’ils essuyaient.
Avec son unique entrée terrestre, Conakry a tout à gagner en délocalisant le siège des hydrocarbures loin de la ville.