Labé : accusé d’être l’instigateur dans l’arrestation des membres du FNDC, le ministre Taran se défend

0
548

Natif de la 13ème   sous-préfecture de Labé (Taran), le ministre de l’Unité nationale et de la citoyenneté, a finalement accepté de briser le silence sur ce dossier d’arrestation enregistré la semaine dernière à Taran et qui défraie la chronique depuis près d’une semaine, dans la région administrative de Labé. Mamadou Taran Diallo rejette tout en bloc et parle de calomnie au micro de notre reporter.

En effet, il s’agit Mamadou Saidou Diallo, Mabo Kobin Diallo et d’El Hadj Bobo Diallo, tous membres de l’antenne sous-préfectorale du FNDC (front national pour la défense de la constitution) de Taran. Arrêté le jeudi 14 mai dernier pour « violation de domicile et destruction de biens publics », ces activistes croupissent depuis lors à la maison centrale de Labé.

« En tant que fils de Taran, je suis régulièrement informé de tout ce qui se passe là-bas. Deuxièmement, j’ai appris qu’il y a eu des arrestations suite à des plaintes d’un monsieur qui avait eu son domicile violé, suivi de bagarre, de destruction de bien et de blessures de personnes. C’était le dimanche 22 mars, le jour du vote. Je vais rappeler que j’étais en mission à Labé et le jeudi 19 mars, avant les élections, j’ai tenu une réunion de sécurité régionale au bureau de monsieur le gouverneur de la région. Dans cette réunion j’avais indiqué, qu’il n’y aurait aucun agent de sécurité dans toutes les sous-préfectures et que partout, celui qui veut voter, n’a qu’à aller voter. Celui qui ne veut pas voter peut ne pas aller», entame Mamadou Taran Diallo.

Et de poursuivre : « donc, au sortir de cette réunion, je suis allé moi-même à Taran dans l’après-midi. Je suis venu réunir là-bas le président du district, le premier imam, des responsables du RPG ; je leur ai réitéré que je sortais d’une réunion pour répéter qu’il n’y avait aucun service d’ordre dans une préfecture, n’importe laquelle et que chacun était libre d’aller voter ou de ne pas voter. J’ai donc quitté le jeudi soir. Donc, les incidents  dont vous faites état se sont produits le dimanche», précise-t-il.

Accusé d’être l’instigateur de ces arrestations, le ministre de l’Unité nationale et de la citoyenneté rejette en bloc ces allégations: « moi je ne peux pas être instigateur de près ou de loin, moi je suis un outil et un instrument pour Taran et pour Labé. Pour qu’il y ait une arrestation, il faut qu’il y ait une plainte non ? Il faut qu’il y ait un plaignant, il faut qu’il y ait quelqu’un qui a fait quelque chose. Je vous certifie, que ça soit cela ou autre chose, je ne suis pas dans la démagogie. Moi je suis un outil et un instrument pour ces localités. A Taran je ne suis ni victime, ni plaignant. Maintenant, à chaque fois qu’il y a quelque chose à Taran, je suis demandé pour contribuer, pour aider à résoudre des choses », réagit-il.

Il faut rappeler que le dossier est désormais devant le tribunal de première instance de Labé.