Labé : après la mort de deux motocyclistes, la mairie réclame le départ des policiers du centre-ville.

0
275

Impliqués dans plusieurs accidents de la circulation en plus des bouchons occasionnés par les contrôles inopinés au niveau de la quasi-totalité des carrefours du centre-ville de la commune urbaine de Labé, les policiers sont sommés de quitter les lieux sans délai. Cela est une revendication de la mairie qui à travers une correspondance a saisi sa tutelle dans la soirée du jeudi 14 novembre 2019, a appris la rédaction locale de Guinéenews de sources concordantes.

Mamadou Aliou Laly Diallo, le maire de la commune urbaine de Labé explique ses raisons : « oui j’ai fait une correspondance que j’ai adressée au préfet parce que chaque fois les citoyens sont victimes d’incidents malheureux. En plus, nous avons constaté que c’est le rançonnement qui les préoccupe en lieu et place de la régulation de la circulation. Donc, l’autre fois il y a eu un incident, je ne dis pas que c’est eux qui ont tué le monsieur ; mais c’est eux qui l’ont arrêté et qui l’ont réclamé des dossiers » explique-t-il.

Et c’est au cours de cette interpellation que ce conducteur aurait perdu connaissance avant de rendre l’âme. Cet incident s’est passé le week-end dernier en plein centre-ville, a-t-on appris de sources concordantes. Mais, en plus de cela, l’année dernière une fille a aussi trouvé la mort à la veille de son mariage dans un accident de la circulation enregistré au niveau d’un point de contrôle de la police aux alentours de l’hôpital régional de Labé. « Ce n’est pas la première fois que des incidents du genre se produisent au niveau du centre-ville. Raison pour laquelle nous avons décidé d’adresser une correspondance au préfet, demandant leur départ autour du marché central » réitère le maire de Labé.

Saisi sur la question, El Hadj Safioulaye Bah le préfet de Labé a confirmé au téléphone de Guinéenews. « Effectivement il m’a écrit pour dire qu’à deux reprises il y a eu des morts lors des contrôles de police. Maintenant ça c’est leur version. J’ai eu la version des policiers. Donc, j’ai constitué un comité ad hoc dont des conseillers communaux, des policiers, des administrateurs de la préfecture sont membres. Ceux-ci vont aller enquêter où cela s’est passé et recueillir les témoignages. Après on va prendre la décision »,réagit le préfet de Labé.

Il faut rappeler que la mort de la fille au niveau du point de contrôle de la police a beaucoup fait jaser dans la cité. A l’époque, les policiers se s’étaient retirés de la circulation,  de leur propre gré, pour un bon moment.