Labé : Chute drastique du prix de la pomme de terre (les raisons).

0
779

Depuis quelques semaines, la pomme de terre qui est l’une des cultures la plus prisée au Foutah Djallon est très abondante sur les marchés de la moyenne Guinée. Malgré qu’on soit en pleine saison sèche, la pomme de terre inonde de nos jours les marchés de la commune urbaine de Labé. La crise sanitaire serait la principale cause de cette situation qui risque de se répercuter sur l’activité des producteurs, a appris Guinéenews.

Un simple tour au grand marché de Labé suffit pour s’enquérir de l’abondance de la pomme de terre en quantité et en qualité. « Actuellement, on achète le kilogramme entre 4 000 et 4 500 GNF auprès des producteurs pour tenter d’avoir un bénéfice. Mais comme vous le constatez, la clientèle se fait de plus en plus rare. Pour écouler un seul sac de pomme de terre, tu est obligé de faire des jours et parfois même une semaine alors que de par le passé on pouvait vendre un sac en une seule journée », explique Fanta Barry, vendeuse au détail.

Pour sa part, Mamadou Alpha Diallo, grossiste aborde un tout autre aspect : « vous savez, c’est beaucoup de personnes qui vivent de la culture de ce produit. Il y a d’abord les producteurs qui sont sur les champs, les distributeurs ou grossistes que nous sommes et les vendeurs. Pour ce qui est de la baisse du prix ; c’est souvent quand il n’y a pas d’exportation qu’on fait face à ce genre de situation. On produit en quantité alors que la consommation locale est très faible. En plus, il n’y a pas de moyens adéquats de conservation si non on allait vendre petit à petit. Donc, pour ne pas que la pomme de terre pourrisse, on est obligé de brader. Voilà pourquoi, le prix continue sa descente aux enfers. Pratiquement, c’est seulement les vendeurs et les acheteurs sur le marché qui tirent les ficèles » estime-t-il.

‘’Cette situation n’est pas encourageante’’ enchaine Mamadou Alpha Diallo : « c’est vraiment décourageant car nous on vit de ça. Et si ce travail ne nous soulage plus, on sera contraint d’abandonner pour aller voir ailleurs. Je pense qu’a pareilles circonstances, l’État devrait nous accompagner ne serait-ce que pour avoir des moyens de conservation. En ce moment quelle que soit la quantité produite, tu as une assurance de récupérer ton investissement », soutient-il.

Rencontrée au marché central de Labé, Madame Maladho Baldé se réjouit du prix de vente de la pomme de terre, mais craint le pire les prochains jours : « le prix est vraiment abordable en ce moment ; mais je crains fort qu’il y ai une augmentation à la veille du mois saint de ramadan comme cela est de coutume car c’est en cette période que la demande va augmenter » déclare-t-elle.

En plus de la pomme de terre, plusieurs autres produits cultivés dans la région inondent de nos jours les marchés à des prix très abordables.