Labé – Conakry : des coupeurs de route attaquent un taxi et emportent argent et biens des passagers

juin 14, 2019 12:33

Cette énième attaque à main armée a été enregistrée dans la nuit du jeudi à ce vendredi 14 juin quand trois hommes armés de pistolet et de PMAK. Ces assaillants qui étaient à moto, ont intercepté un véhicule de transport en commun en provenance de Conakry pour Labé. L’attaque en question s’est tenue aux abords de Yombokouré entre Kindia et Mamou. Les quidams ont emporté de forte somme d’argent en francs guinéens et en devises ainsi que des objets de valeurs, a appris Guinéenews.

Mamadou Dian Diallo, le chauffeur du véhicule explique les circonstances de l’attaque : « après Séguéya, la moto a commencé à nous suivre. Ne comprenant pas que c’étaient des bandits et voyant que la température du moteur commençait à augmenter, j’ai jugé utile de m’arrêter au pied de la montagne afin de reprendre force. C’est là qu’ils sont venus nous demander si ce n’est pas une panne. Dès après, ils ont sorti des armes. Ils m’ont mis dans le coffre, ensuite ont mis les passagers de devant au siège du milieu avant que l’un d’entre eux ne prenne le volant. L’autre s’est installé au siège de devant tout en pointant son arme vers nous et le troisième a pris la moto pour suivre le véhicule. C’est en tout 400. 000 FCFA et près de 5 000 000 GNF qui ont été emporté par les bandits. Après avoir dépassé la colline, ils ont dévié vers la brousse à environ 200 mètres de la route nationale. C’est à ce niveau qu’ils nous ont tous débarqués pour nous arracher tout ce qu’on avait comme biens et argent sur nous. Une femme de Pita a perdu 400 000 franc CFA et 2 000 000 GNF, moi le chauffeur j’avais 1 400 000 GNF. Cet autre passager a perdu 1 200 000 GNF sans compter les téléphones qu’ils ont pris. Ils n’ont blessé personne. Seul mon apprenti a reçu un coup de pied. Ils voulaient tirer sur les deux passagers mais les balles sont tombées. Dans leurs discussions, on a compris qu’ils attendaient un taxi immatriculer 1326, mais en voyant mon taxi immatriculer 1313 ils m’ont suivi. Après avoir pris tous nos biens, ils sont partis. »

Face à cette autre attaque, le syndicat des transports de Labé se demande comment faire pour sécuriser ses chauffeurs. « Je me demande franchement comment gérer cette insécurité. Car, il ne se passe pas deux semaines sans qu’un chauffeur ne se fait attaquer. On ne peut rien sauf dire aux conducteurs de garer la nuit. Tout reste compliqué… Car, les bandits attaquent en plein jour », explique El hadj Maladho Zawiya Diallo, le secrétaire général du syndicat des transports et mécanique général CNTG (confédération nationale des travailleurs de Guinée) Labé.

Le taxi en question et ses passagers étaient tous regroupés ce vendredi matin au siège du syndicat alors qu’aucune disposition n’est prise pour tenter de traquer les assaillants.