Labé : « Il faut éviter le sentiment [anti-communauté] en Guinée », dixit El Hadj Caba Bah

0
671

Présent ce mercredi 05 février 2020 à la rencontre entre la délégation gouvernementale et les responsables religieux de Labé et après avoir écouté avec attention le discours du général Bouréma Condé, le chef de mission, El Hadj Ibrahima Caba Bah, sage de Labé et grand ami du chef de l’Etat, a attiré l’attention du gouvernement guinéen sur un fait qui selon lui devrait être ôté de l’esprit des Guinéens.

« Il faut éviter le sentiment [anti-communauté] en Guinée. Il ne faut pas qu’on se le cache. Ce sentiment [anti-communauté], nous connaissons tous des déclarations publiques qui ont été faites. Mais il appartient au gouvernement, ce n’est pas au président de la république, il appartient au gouvernement de veiller à ce que ce sentiment soit ôté des esprits des gens. Ce sentiment, on a dit les peulhs ont le pouvoir économique, ils ont le pouvoir culturel donc il ne faut pas qu’ils aient le pouvoir politique. Ça été dit publiquement, il n’y a pas eu de réaction du gouvernement d’alors. Il y a un gouverneur qui est venu ici, il a dit quand à Conakry vous compter dix maisons de standing, neuf appartiennent à des Foulbhés (peulhs). Cela ne doit pas être dit. Ce n’est pas parce qu’ils sont Foulbhés qu’ils ont des maisons, c’est parce que Dieu leur a donné les possibilités. Des petites phrases comme ça et ça datent de loin », a-t-il déploré.

« C’est le travail du gouvernement », insiste-t-il. « Ce n’est pas le travail du président de la république. On attribue souvent au président de la république des choses qui ne sont pas de lui. J’en parle parce que personnellement tout Labé est témoin qu’il a une grande considération, une affection pour moi. Il l’a fait devant tout Labé. Il a envoyé un véhicule de Conakry pour me prendre tout seul et m’amener à Conakry, me garder là-bas pendant une semaine, m’habiller, le vêtement que je porte là. Il a aidé ma fille qui avait organisé une manifestation guinéenne au Canada. Il l’a aidée pour que la manifestation réussisse. Il y avait des gens, qui justement à cause de ces germes de régionalisme et de racisme qui voulaient saboter la chose », a-t-il affirmé.

« Il faut que le gouvernement trouve les moyens pour extirper de la tête des Guinéens non Foulbhés, l’idée que les Foulbhés sont des étrangers en Guinée. Ce n’est pas pour rien que Dieu a mis le Foutah au milieu en Guinée puisque nous parlons tous de la volonté de Dieu. Ce n’est pas pour rien. Dans l’histoire de la Guinée qui a été écrite par Arsen, il dit très bien que toute la politique du colonisateur pour la Guinée c’est à cause du Foutah. Et que si un jour, la capitale de l’AOF (Afrique occidentale française) devait quitter Dakar qui est excentrique, ça serait au Foutah ici que la capitale va être » ajoute-t-il.

Et Elhadj Caba Bah d’insister : « ce n’est pas nous qui avons fait cela, c’est Dieu. C’est lui qui nous a fait habiter ici. Donc, quand quelqu’un se lève pour dire aller vous êtes des éthiopiens, vous êtes, … peut être que nos ancêtres sont des éthiopiens mais nous on est des Foulbhés Foutah. On n’est pas des peulhs, on est Foulbhés Foutah. Il faut que ça soit inculqué sévèrement, patiemment et constamment dans l’esprit de tous les Guinéens et de tous les Africains. »

Il faut rappeler qu’a plusieurs reprises, le chef de l’Etat a tenu à rendre hommage à ce sage qui est un professeur de Français à la retraite.