Labé : le comité de sécurité accuse le FNDC de vouloir s’attaquer aux symboles de l’État

0
550
Madifing Diané, Gouverneur de la région de Labé face à presse locale

C’est El hadj Madifing Diané, le gouverneur de région, en sa qualité de président du comité régional de défense et de sécurité, qui l’a fait savoir ce samedi 04 janvier 2020 dans une déclaration rendue publique au cours d’un point presse tenu au siège du gouvernorat. Après avoir partagé le contenu de ses renseignements, le président du comité régional s’est prêté à quelques questions des journalistes ayant pris part au dit point presse.

Ce rendez-vous a été une tribune pour le Gouverneur, El Hadj Madifing Diané de porter à la connaissance de l’opinion publique locale et nationale certaines informations qu’il aurait reçues des services de renseignements locaux et qui seraient en lien avec la marche que le FDNC envisage d’organiser ce lundi 6 janvier dans tout le pays.

«…Je commence mes propos par rendre grâce au bon Dieu. Cette grâce me confère la responsabilité de vous protéger, de chercher tous les moyens légaux et nécessaires pour améliorer les conditions de vie de l’ensemble des citoyens vivant dans la région de Labé. Cette grâce de Dieu me donne aussi l’obligation de vous informer sur les actualités de la région. En effet, depuis environ trois semaines je reçois de mes services de sécurité, des renseignements à caractère insidieux et dangereux pour notre population. Ces renseignements confirmés par la lettre numéro 0010/FNDC/Labé 2019 du 31 décembre 2019 et également par des sous-préfectures, indiquent que des responsables de cette plateforme… sont en train de visiter avec pour objectif de déstabiliser la vie normale de notre région pour des questions de politiques », a-t-il révélé.

Suite à ces informations, le gouverneur de la région de Labé a prévient : « je tiens à vous rassurer que toutes les dispositions légales ont été prises pour préserver la paix et l’unité nationale dans notre région. Population de la région administrative de Labé, je vous prends à témoin. Car, aucun comportement de nature à menacer les symboles de l’État ne sera toléré. Et seront tenus pour responsables, ceux qui seront à l’origine du désordre qui sont déjà identifiés par mes services. Pour ma part, j’endosse l’entière et totale responsabilité des ordres donné à mes unités de défense et de sécurité dans le cadre légal de leur mission et les engagent sur ma foi d’officier général des unités de défense et de sécurité à ne faire aucune réserve sur leur engagement conformément aux lois et règlements qui régissent leur corporation. »

Interroger sur les preuves de ces accusations à l’encontre du FNDC, le gouverneur insiste, persiste et signe : « j’ai la preuve évidente que ce FNDC est en train de sillonner le territoire de ma région, dans les sous-préfectures avec pour objectif d’installer des bureaux du FNDC. Ils sont identifiés et avec un objectif, s’attaquer aux symboles de l’État. C’est de l’évidence et vous n’êtes pas censés ignorer cette réalité en tant journalistes de la région. Ils sont dans la région, ils sont dans les sous-préfectures, ils s’agitent, dans les sous-préfectures avec cet objectif. »

A la question de savoir sur la base de ces renseignements, comment le FNDC compte s’attaquer aux symboles de l’État, le gouverneur Diané répond avec circonspection : « c’est eux qui le savent, je ne suis pas propriétaire de leur stratégie. Ils sont propriétaires de leur stratégie. Quant à moi, j’ai l’obligation de préserver la paix et l’unité dans ma région sur la base de ce qu’on me dit. Ils sont responsables de leur acte et de leur stratégie et non moi. Donc cela ne m’intéresse de savoir quelle approche ils vont avoir. Je parle des renseignements que j’ais en ma possession et j’alerte ma population que Dieu m’a confiée sur les questions essentielles. »

Quant à une possible réquisition de l’armée, le gouverneur de région a déclaré que tout dépendra de la manière les choses se présenteront sur le terrain.

Concernant les identités des membres du FNDC qui seraient liés à ces menaces, El Hadj Madifing Diané n’a souhaité faire assez de commentaires et préfère garder la discrétion pour le moment. « Des gens ont été identifiés dans ma région et leurs noms m’ont été communiqués. C’est l’essentiel pour moi. Je les connais et c’est à ma discrétion », a-t-il martelé en substance.