Labé : Le député Cellou Baldè parle de « milices » déployées à Labé

0
655

Après une journée très électrique hier jeudi, un calme précaire semblait régner dans la matinée de ce vendredi  à Labé. Sauf qu’après la grande prière du vendredi, des échauffourées ont repris dans certains quartiers de la commune urbaine, notamment à Tata 1 où les services de sécurité sont pointés du doigt dans l’incendie de quelques deux kiosques.

Joint au téléphone cet après-midi, Mamadou Cellou Baldè, le député uninominal de Labé ne passe pas par quatre chemins pour situer les responsabilités. Il va jusqu’à parler de « milices » infiltrées au sein des forces armées, pour semer la terreur dans sa ville.

« Écoutez, c’est la stratégie du pouvoir. Vous avez vu ce qui s’est passé à Conakry ou ce qui se passe habituellement à Conakry; c’est la nouvelle forme de semer la terreur. Vous savez que même hier quand les forces de défense et de sécurité ont fini de tuer les deux jeunes et l’ambulancier, au niveau de la gare routière de Conakry, ils sont venus casser avec leurs matraques et des cailloux les vitres et les pares-brisés des véhicules qui étaient là, soutient-le député.

Et de poursuivre: « donc aujourd’hui après la prière du vendredi, ils ont tenté d’abord de s’attaquer à des boutiques de la Sassé, après ils ont replié vers Tata où ils ont incendié quelques kiosques qui sont aux abords de la route. Donc, çà c’est également une manière de semer la terreur », blâme Cellou Baldé.

Selon lui également, c’est des milices qui ont été dépêchés à Labé: « ce sont des milices qui sont là, infiltrées parmi l’armée régulière; qui sont en train de casser, de tuer, de vandaliser tout sur leur passage », tempête Cellou Baldè.

Aux dernières nouvelles, le calme semble revenir dans le quartier Tata, alors que les routes de la ville de Labé sont complètement désertes. En dehors des forces de défense et de sécurité, rares sont les personnes qui s’aventurent dehors.