Labé : le vieux bâtiment de 77 ans abritant les eaux et forêts dans un état de décrépitude avancée

0
603

Construit en 1943, le bâtiment abritant la section préfectorale des eaux et forêts de Labé n’a depuis bénéficié d’aucune rénovation. Plus de 77 ans après, le bâtiment est de nos jours dans un état d’abandon total. Tel est le constat effectué sur place par la rédaction locale de votre quotidien électronique Guinéenews basée à Labé.

En plus des murs extérieurs qui sont lézardés, l’intérieur du bâtiment ressemble à une véritable porcherie qui n’a eu droit aucune retouche depuis des lustres. Face aux multiples suintements pendant les saisons des grandes pluies, les locataires de ce bâtiment à deux niveaux sont obligés d’abandonner les lieux. Pour y revenir après les pluies. Une situation qui complique le travail pour le personnel.

« C’est un constat que vous faite vous-mêmes. Le bâtiment se trouve vraiment dans une situation alarmante. Nous nous sommes battus au niveau de beaucoup de personnes pour que ce bâtiment soit rénové. Mais malheureusement, il n’y a pas une porte qui est ouverte pour nous pour le moment. Et nous continuons à lancer un appel à l’aide pour pouvoir rénover ce bâtiment. Que ce soit le gouvernement ou des citoyens de Labé. Parce que c’est un bijou pour la préfecture de Labé », a lancé Diao Diallo, le chef de la section préfectorale des eaux et forêts de Labé.

Parlant de l’architecture du bâtiment, Diao Diallo explique : « c’est un bâtiment de R+1. Au niveau de l’Etat, il y a deux bureaux : le bureau de l’OGUIB (office Guinéenne du bois) et le bureau des eaux et forêt. En plus, il y a une toilette et un petit magasin. Au rez-de-chaussée, on a les grands magasins qui sont au nombre de 3 plus une chambrette utilisée par les conservateurs. Si rien n’est fait dans un bref délai, le bâtiment en question risque de s’écrouler. Nous travaillons dans des conditions très difficiles. Parce que quand il commence à pleuvoir, nous sommes tenus obligés de sortir dehors en abandonnant tout ce qui se trouve là-bas. C’est un bâtiment qui est construit depuis 1943 et jusqu’à présent, nous l’utilisons. Il n’y a eu aucun changement. Il a été construit depuis au temps colonial. Donc, je ne vous apprends rien. Quelque chose qui est construit depuis l’époque colonial jusqu’à présent, il n’a bénéficié d’aucune retouche. Si cela continue, le bâtiment risque de s’écrouler », alerte Diao Diallo, le chef de la section des Eaux et Forêts.

En plus du bâtiment, la clôture en grillage qui protégeait la bâtisse jusque-là, la petite forêt qui enveloppe le local, ne tient plus aussi.