Labé : Les élèves maîtres de l’ENI réclament leur pécule

0
201
Depuis trois mois, les élèves-maîtres de l’Ecole normale des instituteurs (ENI) de Labé, à l’image des autres, n’ont pas encore reçu leur pécule. Ainsi, ce matin, ils ont décidé de se faire entendre, a constaté Guineenews.
Pour se faire, ils ont organisé une manifestation de rue pacifique dans la matinée. L’objectif principal vise à réclamer les trois mois d’arriérés impayés. Ils dénoncent par la même occasion les difficultés dans lesquelles ils évoluent au niveau des lieux de stage.
« Depuis maintenant six mois, on est entrain d’étudier c’est à dire depuis le 9 novembre. On a étudié pendants 4 mois avant qu’on nous amène en stage au mois de février. On a dit qu’on ne peut pas aller en stage alors qu’on n’a pas reçu notre argent. Mais il nous ont dit de partir que dès que l’argent sera disponible, ils vont nous l’envoyer dans les villages. Donc, nous sommes dans les villages et nous vivons dans des conditions très difficiles », explique Mamadou Saliou Bah, l’un des porte-paroles des élèves maîtres de Labé.
Et de poursuivre « dans ces localités, la communauté nous donne peu. Mais il est très difficile de joindre les parents à chaque fois. Donc, nous avons décidé de réclamer nos pécules au ministre. Nous voulons notre argent; ils n’ont qu’à nous remettre nos 540 000gnf. Pourquoi ceux des universités ont été payés et pas nous? Nous aussi on a eu le bac avant d’être orientés à l’ENI. Il faut qu’ils pensent à nous ».
Jusque là, toutes les démarches entreprises dans ce sens se sont avérées infructueuses, déclare Saliou Bah. Selon lui, « nous avons rencontré les autorités de l’ENI mardi dernier. Ils disent que ce n’est pas eux que c’est l’Etat ».
Face à ce blocus, les élèves-maîtres en classe de deuxième année ont finalement décidé d’investir la rue: »ce matin on est venu à 08 heures et on s’est dit qu’on ne peut pas laisser ceux de la première année continuer à faire cours alors que nous autres sommes à la maison. Donc, on les a fait sortir pour nous accompagner dans la marche pacifique de l’ENI à la préfecture.
Il faut rappeler que ces élèves maîtres comptent bouder les cours jusqu’à satisfaction de leur revendications. En attendant, les élèves des établissements concernés vont devoir garder leur mal en patience.