Labé : les pompiers portent plainte après l’incendie de leur véhicule

août 29, 2018 3:29
0

Cinq jours après les violences qui ont éclaté à Labé,  le commandant local des sapeurs-pompiers  vient de porter une plainte pour ‘’destruction de biens publics’’.

Ladite plainte a été déposée ce mercredi 29 aout au Tribunal de Première Instance de Labé, rapporte le commandant des sapeurs-pompiers.

«Effectivement, la plainte est déposée sur instruction du  directeur national de la protection civile et du ministère de la Sécurité et la Protection Civile. Ce matin, j’ai déposé la plainte au Tribunal de Première Instance de Labé pour destruction de biens publics. C’est une plainte contre le présumé assassin,  parce qu’il n’y a pas de fait sans cause. Les violences ont été provoquées par  son acte», a expliqué le Commandant Camara Mory Kany qui reste convaincu qu’il aura gain de cause au sortir de ce procès.

 «Même si le présumé assassin est condamné pour crime, cela n’empêchera pas le service des sapeurs-pompiers de réclamer, à son tour, justice. C’est valable pour les personnes dont les maisons ont été détruites. Ils peuvent aussi porter plainte. C’est notre devoir d’aller sur le terrain. J’ai donné mon numéro à tout le monde. Surtout à Daka au secteur Domby.  Dès qu’on reçoit un coup de téléphone on bondit directement sur le terrain. C’est pourquoi nous sommes partis. Nous ne savions  pas qu’il y avait eu meurtre. Même si c’est cela, quand la population nous demande de l’aide, nous partons pour éteindre le feu… C’est notre travail. C’est notre mission même si on doit y mourir. En Europe, les pompiers meurent dans l’exercice de leur métier », a-t-il rappelé.

Rappelons que certaines jeunes mal intentionnés profitent actuellement de la situation pour dépouiller la citerne incendiée de ses pièces.

«Le reste du camion est immobilisé sur les lieux dépourvu  de pièces. Les jeunes ont tout démonté pour amener chez eux. Depuis avant-hier ils ont commencé à démonter le camion. Nous nous sommes  rendus sur les lieux. Le capo et le radiateur ont été arrachés ».

Il faut par ailleurs rappeler que tout est parti de la mort d’un jeune du nom de Abdourahmane Sow. Il a été poignardé par son ami pour une affaire de 3 500 GNF. Ce qui a provoqué  la colère des jeunes du quartier qui ont tout saccagé sur leur passage.